×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Crédibiliser

Par L'Economiste| Edition N°:2698 Le 23/01/2008 | Partager

C’est une session d’automne assez particulière qu’aura connue le Parlement: la déclaration de politique générale de la nouvelle équipe au pouvoir et l’élection d’un nouveau président de la Chambre des représentants. De ce côté, les apparences sont sauves. Mais de l’autre, c’est une autre histoire. Car en grattant un peu plus, on a vu réapparaître les avatars traditionnels de cette institution comme l’absentéisme et les redondances des questions orales. Finalement, rien n’a changé. L’examen des budgets sectoriels s’est souvent fait en présence de quelques parlementaires seulement. On avait pourtant promis du changement à ce niveau…S’il veut améliorer la gouvernance du Parlement, le président devra résoudre rapidement ces problèmes. Le règlement intérieur lui donne toute la latitude pour traiter ce mal à la racine. Cela va de la retenue sur salaire à la source à l’affichage des noms des députés qui font l’école buissonnière. Les chefs de groupes parlementaires devront également y mettre un peu de bonne volonté. Il en va de la crédibilité même de l’institution et des élections en général. Cependant, la vie parlementaire n’est pas toute sombre. Des lueurs d’espoir sont perceptibles. Si le Parlement a été jusqu’ici un îlot coupé des préoccupations réelles de la société, aujourd’hui il s’ouvre de plus en plus sur son environnement. Ainsi, les questions d’actualité ont, depuis peu, envahi l’hémicycle au point de constituer une véritable caisse de résonance. Les évènements de Ksar El Kébir, Sefrou, les bastonnades des diplômés chômeurs ont été autant de sujets qui ont franchi les murs de l’enceinte pour y être débattus. Ce trait a été accentué par une démarche jamais vue dans les annales du Parlement: la cadence élevée de la présence du ministre de l’Intérieur. Cette dynamique, si elle est renforcée, pourrait crédibiliser l’action parlementaire. Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc