×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Contrat

    Par Meriem OUDGHIRI| Edition N°:5818 Le 06/08/2020 | Partager
    meriem-oudghiri.jpg
     

    Se promener, se déplacer, se réunir, faire son sport... en toute liberté. Que valent aujourd’hui ces gestes si anodins (il y a si peu de temps) en cette période de guerre contre le coronavirus? Que valent nos droits et nos libertés? Le Conseil national des droits de l’Homme vient de rendre public un mémorandum contenant une série de recommandations pour garantir leur effectivité. Des propositions versées au chantier de refonte du modèle de développement. 
    Sans faire d’analyse ou poser des théories à l’emporte-pièce, la crise actuelle liée à la pandémie offre des fenêtres et des opportunités historiques qu’il s’agit de ne pas rater.
    Quel que soit l’angle par lequel est abordé le développement, le gros pari est aujourd’hui de nous réinventer, d’initier de nouveaux paradigmes sur les plans politique, économique et social. Que voulons-nous pour faire avancer le pays, de quoi sommes-nous capables pour y arriver. Comment transformer nos atouts en générateurs de valeur et avantages concurrentiels? Comment faire pour que les compétences et les talents deviennent des facteurs de croissance durable?
    Que nos batailles perdues ne se résument pas à ces deux mots fatidiques: «trop tard»!
    Changer de paradigme c’est aussi en finir avec la non-performance, l’indiscipline, le non-respect des règles et d’autrui... Cette fracture-là est peut-être la plus grave car elle hypothèque l’avenir. En résumé, pas de croissance économique sans un projet social, humain et inclusif. Nous ne devons pas être uniquement de simples consommateurs, mais soyons producteurs d’idées, de conviction, de solidarité et d’engagements. 
    C’est tout cela qui déterminera demain le nouveau contrat social que le Maroc veut mettre en place. Comme dans nos livres d’histoire, celle des générations futures est en train de s’écrire... aujourd’hui.
     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc