×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
L'Edito

Confiance

Par L'Economiste| Edition N°:2496 Le 30/03/2007 | Partager

C’est une donnée qualitative évidente dans pratiquement toutes les présentations de résultats d’entreprise de ce mois de mars 2007: il y a quelque chose de changé dans ce Royaume du Maroc.La forme, d’abord. Ce ne sont plus des sourires de politesse, mais des sourires détendus quand ils ne glissent pas vers des rires. On dirait que tout est prétexte à bonne humeur, que la joie est enfin entrée dans l’attaché-case des managers. Autrement dit, la tristesse n’est plus la marque du sérieux et la raideur n’est plus celle de la réussite. Les présidents, les DG et autres grands directeurs (pas beaucoup de directrices cependant), au lieu de s’envelopper dans une grisaille chagrine, sont plus à l’aise, plus sensibles à la joie de vivre.Le fond, ensuite. Leurs résultats sont bons, excellents souvent… comme les années précédentes. Mais ils ne donnent plus cette bizarre impression d’être gênés de bien faire. Et d’être encore plus embarrassés de prévoir qu’ils feront mieux l’année suivante. On dirait qu’ils s’excusaient d’espérer d’avoir l’espoir de faire mieux! Ce sont les mêmes personnes mais plus les mêmes comportements. Les voilà batailleurs et ardents, confiants dans leurs équipes et leur bonne étoile.L’Afrique leur paraît toute proche, Paris et Casa sont voisines, Madrid c’est la porte à côté… Leur géographie a changé en même temps qu’ils se sont mis à cultiver une rigueur joyeuse. Les champions n’ont plus honte d’être ce qu’ils sont. Les messages qui leur viennent du Palais et du gouvernement y sont pour beaucoup. Grosso modo, il leur est dit: «Allez loin, portez haut le drapeau, vos réussites seront celles de tout le pays». En effet, nos champions ont bien compris, «mauvais oeil» ou pas, qu’ils avaient aussi pour mission de tirer ceux qui vont moins vite et travaillent moins bien. Cela les a décomplexés en les motivant: le coup double.Créer cette nouvelle confiance en soi et en l’avenir, relayer la fierté du seul passé, voilà un vrai moteur à PIB.Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc