×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Concentration

Par L'Economiste| Edition N°:2219 Le 22/02/2006 | Partager

Aujourd’hui, les négociations agricoles avec l’UE commencent. Elles sont primordiales car elles vont sans aucun doute changer la donne agricole au Maroc. En fait, sur un délai de cinq à dix ans, le système d’échanges qui en découlera, redessinera le paysage de l’agriculture beaucoup plus profondément que toutes les politiques précédentes.En effet, pour la première fois, le Maroc va réellement désarmer ses frontières. On ne part pas de rien: la concurrence a déjà été introduite, dans les produits transformés d’abord, puis dans les produits frais… mais cela reste des doses homéopathiques. Il n’empêche que le résultat est largement positif: les producteurs locaux se réveillent soudain et se découvrent des talents dont ils ignoraient tout, quelques mois plus tôt!Les produits de grande masse comme les céréales, les sucres, viandes et produits laitiers ont certes été ouverts, mais sous un contrôle tatillon et très réactif. On les appelle les produits sensibles, on devrait les nommer les «produits politiques», car ce sont eux qui ont très largement façonné le monde rural et ses retards, pour ne pas dire son arriération. Evidemment, dans le tissu productif, il y a des producteurs sérieux, au-dessus de ces navrantes moyennes qui plombent tout le monde rural. Ceux-là seront capables de faire face à la concurrence libre, à condition de leur donner un coup de main.C’est sur eux qu’il faudra appuyer la stratégie de mise à niveau. Il faudra être progressif et (mais) ferme dans ce chemin qui ne supporte pas de retour en arrière. Les négociateurs des deux côtés le savent parfaitement: les aides devront être fortes pour soutenir ces exploitations, car le saut à faire est grand. Il est donc d’autant plus important que la stratégie ne se disperse pas. Ce sera le seul moyen de la faire, enfin, cette révolution agricole.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc