×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Comptez-vous

    Par L'Economiste| Edition N°:3046 Le 15/06/2009 | Partager

    A peine 23h pour publier les premiers chiffres, les bilans détaillés arrivant rapidement et très peu de doutes sur la sincérité et la fiabilité (comme disent des commissaires aux comptes) des résultats.Il y a un grand coup de chapeau à donner au ministère de l’Intérieur, du ministre jusqu’au plus humble de ses fonctionnaires. Ils ont bien tenu la maison tandis que les habitants s’empoignaient, avec de bons et de moins bons arguments… y compris quand il s’agissait d’attaquer ce même ministère pour attirer la sympathie qui entoure généralement les victimes.Si l’objectif du PAM était de bousculer la carte électorale, il a rempli sa mission. Certes, il arrive premier, ce qui n’est pas une surprise, mais il a fortement contribué à rejeter le PJD vers les partis de taille moyenne, avec des chances limitées d’assumer des postes de gestion communale. En moins de dix ans, la stratégie politique du «comptez-vous» (découlant de la transparence et de liberté électorale) a réduit le poids des islamistes sur la société marocaine. Ils occupaient la place hégémonique, sur la seule base du dynamisme de leur opposition, mais sans connaître leur poids réel. Voilà le PJD valorisé (comme disent les financiers) en tant que parti moyen, sans plus. Reste à savoir si ses éléments les plus engagés vont ou pas chercher des aventures plus pimentées.La chute de l’USFP était attendue, ce qui a sans doute hâté la transformation politique du Mouvement de tous les citoyens, qui était, on s’en souvient, le premier étage de la fusée de Fouad Ali El Himma. La chute socialiste est violente, pour cette maison qui a tenu la place idéologique centrale durant plus d’une génération. L’implosion socialiste, lente mais irréversible, laissera un vide idéologique, mais pas de trou dans la gamme électorale, puisque le PAM constitue une offre de substitution, entre la puissante organisation istiqlalienne et les sirènes islamistes.Abdelmounaïm DILAMI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc