×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Compteur

Par Mohamed CHAOUI| Edition N°:5851 Le 25/09/2020 | Partager
mohamed_chaoui_intern.jpg

Face à la corruption, le Maroc semble désarmé. Toutes les initiatives engagées pour endiguer ce fléau n’ont pas donné les fruits escomptés. On aura tout essayé: sensibilisation dans les écoles, pièces de théâtre, Instance de prévention… L’ancien gouvernement, juste avant de partir, avait mis en place une stratégie nationale dédiée. Une panoplie de déclarations d’intention, sans prise sur la réalité.

L’exécutif actuel continue dans la même lancée, avec une commission interministérielle, mais sans impact notable sur la réalité du phénomène. Pendant ce temps, le compteur de la corruption continue de tourner.

Devant le silence des pouvoirs publics, le phénomène s’est développé au point de toucher des pans entiers de l’économie, notamment la passation des marchés publics, le trafic d’influence, les conflits d’intérêts et d’autres pratiques sanctionnées par la loi sur la concurrence et la liberté des prix. 

Depuis plusieurs années déjà, les rapports de la Cour des comptes, de l’IGF,… ne font plus trembler les managers publics. Aujourd’hui, la nécessité d’imposer la moralisation de la vie publique exige la mise en place de sérieux mécanismes de contrôle. Il s’agit essentiellement de changer d’approche, en misant sur des actions coup de poing pour l’exemple, notamment en s’attaquant aux «écosystèmes» de la corruption à grande échelle.

L’idée est de «nettoyer les escaliers en commençant par le haut». Le lancement de la nouvelle Instance nationale de lutte contre la corruption pourrait offrir une fenêtre d’opportunité. Mais, pour éviter qu’elle ne se transforme en coquille vide, deux conditions sont impératives: une volonté politique forte et une mise en œuvre implacable de la loi. Le reste suivra.

 

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc