×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Compliments

    Par L'Economiste| Edition N°:2711 Le 11/02/2008 | Partager

    IL faut saluer les Cours des comptes, la nationale et les régionales: cette année, pour la première fois de leur histoire, elles ont enfin rendu public un rapport qui a du sens.On se souvient que les rapports précédents se contentaient de dire: «Nous avons examiné tant de comptes, nous avons relevé tant d’erreurs ou de fautes» sans jamais expliquer en quoi consistaient ces erreurs ou ces fautes. C’était se moquer du monde. L’Economiste s’était d’ailleurs mis fort en colère l’année dernière à la même époque, transcrivant ainsi l’exaspération de l’opinion publique.Cette année donc, changement radical. Les Cours jouent la transparence et l’information des citoyens. Cette transparence et cette information sont précisément l’un des principaux moyens d’action des Cours. La Caisse de compensation, par exemple, aurait-elle continué pendant des décennies à gérer ainsi les milliards de DH qui passent par ses mains, si ses manquements avaient été mis sur la place publique? Son ministre de tutelle aurait-il osé obliger la Caisse à faire des cadeaux à ses amis, s’il avait su que ses actes risquaient d’arriver sur la place publique? Les élus locaux se seraient hâtés de faire travailler leurs fonctionnaires s’ils avaient pensé qu’un jour leur négligence serait officiellement portée à la connaissance de leurs électeurs. Quant aux faux déplacements et vraies indemnités, gageons qu’à partir d’aujourd’hui tout le monde y regardera deux fois avant d’en prendre le risque. Et ne parlons pas de ceux qui se «trompent» dans les procédures ou dans les prix des marchés publics…L’opérationnalité des Cours des comptes ne tient pas à leurs travaux, mais bien au fait que leurs travaux sont rendus publics, même s’ils sont publiés en retard par la faute de l’Imprimerie officielle (voilà un département qui mériterait l’attention de la Cour à cause de ses sempiternels délais de production!)Chapeau bas pour les magistrats financiers.Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc