×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Compétitivité

Par L'Economiste| Edition N°:2692 Le 15/01/2008 | Partager

Le BTP aime cultiver les paradoxes. Le secteur a faim. Faim de projets, faim de terrains, faim de liquidités. Rarement le secteur aura connu pareille embellie. Et les prochains mois ne semblent pas pour l’heure annoncer de nuages noirs. Bien au contraire, les besoins en logements sont loin d’être comblés, les mégaprojets du plan Azur partiellement réalisés… Il y a certes l’effet conjonctures, le rush des investissements, la politique des grands chantiers. Mais indéniablement, la montée en puissance du secteur est liée aussi à la capacité de certains champions à s’imposer. Des patrons ont même conquis des statuts d’icônes. Pour les enseignes cotées en Bourse, lorsque les efforts de restructuration, de management sont perceptibles, alors les messages prennent bien du côté des marchés financiers comme en a témoigné l’aventure Addoha. L’embellie ne doit cependant pas camoufler les insuffisances du secteur. La fédération du bâtiment dénonce aujourd’hui la concurrence de certaines entreprises étrangères. Mais cela suffit-il pour expliquer les manques à gagner?Il reste beaucoup de travail sur le chemin de la restructuration. C’est les opérateurs eux-mêmes du secteur qui ne cessent de s’en inquiéter. Il reste aussi énormément d’efforts de transparence. Dire par exemple que le BTP reste l’un des champions de la fraude, du travail illégal, n’est pas exagéré. Beaucoup d’entreprises de-meurent sous-capitalisées et concentrent des risques de commandes sur les marchés publics. Très peu réalisent leurs chiffres d’affaires, du moins une partie, à l’étranger. Et si elles ont des déficits de compétitivité, c’est qu’il y a de forts soupçons de sous-productivité qui ne manquent pas de profiter à la concurrence internationale.Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc