×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Colères

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5262 Le 30/04/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Mais comment peut-on soutenir de telles balivernes? Comment peut-on se moquer à ce point des gens? Le gouvernement El Othmani, plus exactement son ministère de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle, promet 1,2 million d’emplois sur trois ans et  huit mois.

      Ce qui nous donne 131 emplois à l’heure d’ici le 31 décembre 2021. Et pour les amateurs de comparaisons, signalons encore que 1,2 million d’emplois c’est comme si on voulait créer un deuxième Etat, à côté de celui qui existe déjà, avec autant de postes qu’il y en a. Ou encore, il faudrait trouver 60 autres mines de phosphates au Maroc pour créer autant d’emplois.

    On prend les citoyens pour des imbéciles. Le plus sidérant c’est qu’il n’y a rien en face de cette promesse d’emplois massifs. Pas de soutien aux entreprises, pas de politique sociale, rien sur la formation professionnelle, pas d’adaptation aux métiers d’aujourd’hui autre que ce que les entreprises font déjà toutes seules.

    Ah si! Il y a une chose à noter: les formations en langues (baptisées «linguistique»), c’est-à-dire en français pour ceux qui ne veulent plus se cacher derrière leur petit doigt. Ce qui est enfin la reconnaissance des fautes politiques gravissimes commises contre la jeunesse de ce pays en les privant des outils pour travailler quand les entreprises manquent de personnel. Reste à faire le chemin entre cette reconnaissance du bout des lèvres et se mettre vraiment au service des gens.

    Nul ne sait pourquoi le gouvernement et son prédécesseur ont réanimé le Dialogue social, cet instrument inventé par Basri, pour avoir la main sur tous les corps intermédiaires. Mais se gardait bien, lui, de les acheter à coup de dérives de la masse salariale de l’Etat.

    Il y a pire que de gaspiller l’argent public pour ne rien faire: c’est donner de l’espoir à nos jeunes et les abandonner sans rien. On ne veut pas croire que c’est fait exprès pour susciter colères et désordres.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc