×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Coach Zaki

Par L'Economiste| Edition N°:2125 Le 07/10/2005 | Partager

La rencontre de football, qui opposera les Lions de l’Atlas à la sélection tunisienne, est l’événement le plus attendu de ce week-end. Depuis plusieurs semaines, le sélectionneur de l’équipe nationale est cloué au pilori parce qu’il a choisi de manager son équipe hors de toute pression et d’assumer ses choix, quitte à mourir avec ses idées. Le plus étonnant est que ceux qui le crucifient aujourd’hui sont ceux-là mêmes qui l’encensaient lorsque les Lions de l’Atlas avaient atteint la finale de la Coupe d’Afrique des Nations en janvier 2004. L’objet ici n’est pas de «sauver» le soldat Zaki mais il faut quand même rappeler quelques faits. Baddou Zaki est exactement dans la configuration de n’importe quel dirigeant d’entreprise: il consulte, écoute, mais en dernier ressort, c’est à lui que revient la décision finale. Comme un patron de PME, le sélectionneur national demande à être évalué sur le résultat et non sur son imperméabilité aux sollicitations et aux pressions de tout bord. Imaginez ce que serait une entreprise si chaque actionnaire devait donner un avis sur chaque décision du management. Le malheur du coach Zaki est d’avoir 30 millions d’actionnaires impatients qui ne se contentent pas seulement du dividende, mais veulent aussi s’immiscer dans les détails de la gestion. Si Baddou Zaki n’obtient pas la double qualification pour les phases finales du Mundial allemand et de la CAN 2006, il en tirera les conséquences. Combien de dirigeants d’entreprise en feraient de même? Le fait de s’effacer faute d’avoir atteint son objectif est une attitude rare dans l’entreprise marocaine. Quel que soit le résultat de ce week-end, Zaki aura au moins prouvé que le football pouvait être une belle école de management.Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc