×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

A cloche-pied

Par L'Economiste| Edition N°:1412 Le 10/12/2002 | Partager

Quand la liberté des citoyens augmente, la puissance de l'Etat diminue-t-elle? Lorsque les entreprises n'obéissent qu'à la concurrence qu'elles se font sur des marchés de plus en plus larges, à quoi sert vraiment l'Etat?Ces questions, qui sont posées cette semaine au Forum Global de Marrakech, avaient bien été posées, publiquement au Maroc dans les années 90. Elles faisaient partie de cette lente préparation à la politisation. Mais on n'avait pas assez pris garde au fait que ces questions attiraient les contributions des "technocrates", des administrations et des entreprises privées, alors qu'elles ne passionnaient pas le monde politique. Il ne sert à rien de stigmatiser le pourquoi. En revanche, on voit aujourd'hui les résultats de ces recherches conduites sur une seule jambe, comme si le Maroc avait avancé à cloche-pied: une partie des acquis de la gestion managériale de l'Etat, qui n'étaient déjà pas si grands, s'est perdue lorsque l'on a politisé la gestion publique. C'est au moment des crises qu'on le voit: les frontières de compétences sont devenues floues, laissant des trous où s'accumulent les corps des noyés par les inondations et des prisonniers intoxiqués par les fumées d'incendies.Et au-delà de ces catastrophes humaines et sociales, se profile une autre catastrophe, plus insidieuse: une remise en cause de la démocratisation par les élites, celles-là mêmes qui l'avaient si fort réclamée. Quel sens donner en effet à cette remarque qui revient si souvent et selon laquelle "la démocratie n'est pas pour nous, car nous avons besoin de croissance"? En opposant démocratie et croissance, il est évident que l'urgence nous fait lâcher la première pour la seconde.Or, on le sait parfaitement, il n'y a de croissance soutenue que dans le système démocratique. Sans lui, c'est tout le système, protégé par l'opacité, qui dégénèrera dans les abus, le favoritisme… La croissance elle-même est sous le risque d'être capturée et détournée de l'amélioration du niveau de vie de tous. C'est connu, à cloche-pied, on risque bien de se casser le nez!Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc