×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Changer

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5226 Le 09/03/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Il y a un petit mois, Bank Al-Maghrib a donné un agrément à quatre établissements de paiement. Sur la liste, il y a la célèbre Wafacash, déjà leader dans le transfert d’argent, NAPS, une marque connue dans le monde et qui s’installe au Maroc avec son partenaire local M2M, Cash Plus, qui s’appelait il y a peu Ramapar et M2t.

    En dehors des cercles professionnels, le fait que l’agrément vienne de Bank Al-Maghrib n’a pas prêté à discussion: c’est d’argent dont on parle, donc c’est la Banque centrale qui doit s’occuper de tout.

    C’est exact, mais ce n’est pas toute la réalité. En effet, ces systèmes de transfert ou de paiement sont aussi et peut-être d’abord, des plateformes numériques et de télécommunications.
    Au Maroc, la structure de décisions stratégiques organise depuis très longtemps et fortement le système financier, dont BAM est le cœur, l’autorité absolue.

    C’est heureux puisque c’est ainsi que le Royaume a pu traverser maintes époques où des finances mal tenues pouvaient faire et ont fait chuter des pays. Pas la peine de regarder très loin à l’est ou au sud pour comprendre ce genre de dégâts.

    Le système qui vient ensuite est celui des télécommunications. Plus jeune mais avec des responsabilités techniques nettement plus élevées, l’ANRT a été créée pour veiller à la concurrence et obtenir un équilibre entre un gros et deux petits, au bénéfice des consommateurs. C’était il y a  vingt ans et cela a plutôt bien fonctionné.

    Nous sommes restés dans ce contexte.  Pourtant, ailleurs et spécialement sur le Continent, les télécoms colonisent des branches bancaires.  Il est alors légitime de se demander si Rabat n’a pas raté un ou deux trains.  En particulier ces trains où des services très différents se marient pour faire des offres plus sophistiquées.

    Les bonnes banques? On a. Des télécommunications efficaces? On a. Des as du numérique? On en a aussi.  Le Roi a raison: il faut qu’on s’occupe de changer de modèle.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc