×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Ce qu’il fallait

Par L'Economiste| Edition N°:1976 Le 11/03/2005 | Partager

C’est exactement ce qu’il fallait pour les peuples des deux rives du détroit: SM Mohammed VI, Roi du Maroc et Commandeurs des croyants, est aux cérémonies du souvenir à Madrid.Il y a un an, les Marocains s’étaient réveillés avec cette nouvelle: des bombes ont explosé à Madrid aussi! Des bombes fabriquées et posées pour blesser et tuer le plus de personnes possible. Comme à Casablanca, l’année d’avant.Ce sont des émotions qui ne se commandent pas: les Marocains ont ressenti ces explosions de Madrid, comme ils avaient ressenti les explosions de Casablanca. Des assassins, sans foi ni loi, nous ont agressés, encore une fois. Bien sûr les experts ont dit et diront les différences et les ressemblances, les modes opératoires et les réseaux… Mais pour nous, les gens ordinaires, qui sommes les cibles des assassins, Casa et Madrid, c’est la même agression, la même volonté monstrueuse et sanguinaire de nous pousser à nous replier sur nous, à nous défier de tout et de tous; pour nous pousser à couper tous les liens qui nous relient si fort au reste de l’humanité et nous forcer à nous constituer en petits clans primitifs et agressifs, à l’image exacte de ce qu’ils sont, eux, les assassins. Ils ont tenté d’ouvrir une brèche, de casser ce que la géographie et l’histoire avaient mis ensemble. Ils n’y sont pas parvenus.Au contraire, il y a longtemps que les deux peuples ne s’étaient pas sentis si proches. Sans vouloir donner de leçons à quiconque, il faut souligner que ces deux peuples, et leur souverain respectif, ont eu des réactions civilisées, sophistiquées, tirant de cette double épreuve des arguments pour se faire davantage confiance.Dans ce contexte, au bout d’une année de chasse commune contre les assassins, de lutte policière mais aussi morale et religieuse contre ces mêmes assassins, il était essentiel que la présence de SM le Roi montrât la permanence de l’engagement du pays contre le terrorisme.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc