×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Catastrophe

Par L'Economiste| Edition N°:1738 Le 01/04/2004 | Partager

La mise à niveau ne marche pas.Le Maroc a passé des accords avec l'Union européenne. Il a signé également l'accord de libre-échange avec les Etats-Unis. Tout cela met les entreprises marocaines directement en concurrence avec les entreprises de ces pays, non seulement chez elles mais aussi sur notre propre marché.Dans tous les pays développés, il existe des systèmes d'aides et de subventions pour les entreprises qui investissent. Cela est considéré comme une anticipation sur les impôts à venir, et non comme une faveur. Au Maroc, le gouvernement a mis en place un programme de mise à niveau. Il a même créé plusieurs caisses ad hoc.Mais cela ne marche pas, parce que ces organismes sont faits pour ne pas marcher. Au lieu d'être sûres, simples et fluides, les procédures sont extrêmement compliquées, au point d'être quasiment inaccessibles.Traiter un dossier prend des mois alors que les décisions d'investir sont par essence “des décisions à prendre rapidement”. De plus, les fonctionnaires comme le gouvernement considèrent que c'est un cadeau, qu'il vaut mieux commencer par refuser avant de le rendre le plus inaccessible possible. Si ces mentalités et ces façons de travailler ne sont pas revues, nous allons à un clash économique et par conséquent un clash social grave.Il faut arrêter d'être candide: l'ouverture est positive, la concurrence une émulation saine, mais rien de cela ne fonctionnera pas si les pouvoirs publics continuent de raisonner à l'envers. L'économie marocaine ne peut prospérer et faire en sorte que le Maroc profite de l'ouverture, que si les entreprises ont la possibilité de se développer et de créer de l'emploi. Or, cette entreprise est déjà handicapée par un environnement détestable: coûts de facteurs, justice, administration, corruption, syndicalisme archaïque…Si la mise à niveau n'est pas très vite réformée, on va vers une catastrophe bien programmée.Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc