×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Butane

Par L'Economiste| Edition N°:2648 Le 09/11/2007 | Partager

A quoi sert d’avoir une classe politique d’un âge canonique si elle n’a pas de mémoire? L’actuel gouvernement a reconduit en les aggravant les mesures prévues par son prédécesseur concernant le financement de la consommation via la Caisse de compensation, dont la charge s’accroît de 49,3%!.Le Maroc se trouve ainsi transporté, mais en version géante, au milieu des années 70, où il avait sacrifié sa croissance pour subventionner des produits dits «de base» ou «de première nécessité». A cette époque, il s’agissait du sucre, de toutes les farines et… du beurre, tous importés. Le Premier ministre, le ministre d’Etat et bien d’autres hommes politiques ont tout à fait l’âge qu’il faut pour se souvenir de ce que coûte ce genre de choix en perte de souveraineté et en création de pauvreté. Quelques centimes sur le pain ne compensent évidemment pas les revenus des emplois qui ne sont pas créés par manque de croissance! A la même époque, une certaine Corée du Sud prenait son envol… inutile d’en dire davantage: elle a suffisamment été donnée en exemple aux Marocains.Le Marocain moyen est trop jeune pour se souvenir de toutes ces catastrophes, mais l’âge moyen de l’homme politique est largement assez élevé pour que chaque détail soit enregistré dans chaque mémoire.Aujourd’hui, étrangement, ce n’est plus le beurre, l’huile, l’essentiel des farines… qui sont des produits de première nécessité, bien qu’on en consomme toujours autant et qu’ils soient toujours aussi nécessaires. Aujourd’hui, c’est le gaz butane qui dévore les capacités d’investissement du pays. Et c’est plus grave. Par le montant certes, mais aussi par la politique énergétique implicite que cela commande.Non seulement le butane est devenu une énergie industrielle et agricole, ce qui est une dangereuse aberration, mais, bien pis, le pays tout entier est insensible aux nécessités d’avoir une politique énergétique en ligne avec les impératifs mondiaux. Les dégâts sont incalculables.Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc