×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Bonne chance!

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5337 Le 27/08/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Le ministère des Affaires étrangères, avec un temps de retard, a donné conseil aux banques et institutions financières du Royaume de se montrer très prudentes en traitant des affaires en relation, y compris très indirectes, avec l’Iran.

    Ce qui est différent d’un soutien à la politique de sanctions de Washington, soutien qui n’est appelé par aucune des instances multilatérales. Pourtant, ce sont les seules habilitées à s’occuper de ces affaires en conformité avec le droit et avec l’aval des Etats membres de la communauté internationale.

    Depuis près de 20 ans, cela ne compte plus. Cela ne pèse pas pour les Républicains de Bush et de Trump et encore moins pour les Démocrates d’Obama. Aujourd’hui, Rabat a de la chance puisque Trump se moque pas mal de ce qui se passe au Sahara.

    Dans deux ou dans six ans, les Démocrates, avec qui le Polisario a tissé des liens organiques, reviendront au pouvoir. Personne ne peut garantir que, pour un bricolage de com’, au moment du journal télévisé, le Maroc ne sera pas désigné comme un vilain petit canard à sanctionner.

    Il n’y a rien de plus, rien de moins avec l’Iran: un arbitraire pour mobiliser quelques poignées d’électeurs de plus en leur distribuant des pincées symboliques de puissance. 

    Il n’y avait rien de plus, rien de moins avec l’Irak, où le «régime brutal de Washington» détruisit, en bonne conscience, 6.000 ans de civilisation, pour y faire pousser les graines de Da’ech.

    Le deal de justice aux Etats-Unis, quand les entreprises et les personnes sont obligées de  payer pour acheter un temps de paix judiciaire, a un autre nom, son vrai nom: le racket.

    L’extension hors frontière du droit américain, comme dans le cas des sanctions, est une défaite manifeste, imposée à la souveraineté des autres Etats.

    Clairement, en ces temps funestes, le Maroc n’a que la solution de se faufiler entre les gouttes. Souhaitons-lui, souhaitons-nous bonne chance.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc