×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Bon sens

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:4978 Le 10/03/2017 | Partager
    mohamed_benabid.jpg

    Dans la version originelle du «Seigneur des anneaux», la trilogie de Tolkien, les trolls sont des créatures qui sortent la nuit uniquement et sont pétrifiés si le matin les rattrape. La version digitale du troll n’est guère plus valorisante, où sous couvert d’anonymat, Internet rend méchant une partie de sa communauté qui terrorise intellectuellement, fait la part belle aux insultes et à la diffamation.

    Dans une variante du trollisme, entre débandade politique et désœuvrement existentiel, le Polisario fait son numéro. Profitant du retrait du Maroc de Guergarate, ses militants menacent, harcèlent. Bien entendu, il faudra sans doute beaucoup plus que ce gigotage pour bousculer les certitudes. Comme les trolls de Tolkien, le Polisario et sa pseudo-Rasd ont une existence furtive. Il ne leur reste plus que de tenter de jouer sur l’image. Les sahraouis ne croient plus à l’indépendantisme depuis longtemps car ils ont bien vu comment l’option marocaine a trouvé une traduction concrète dans des provinces du sud métamorphosées du point de vue économique. Cette conviction est unanime parmi ceux qui sont chez eux au Maroc et a gagné du terrain chez ceux qui sont muselés dans les camps de Tindouf et dont la séparation n’est plus la préoccupation idéologique première.

    Le Polisario ne fait qu’aggraver son cas au bout de plus de 40 ans de mensonges et d’ambitions de souveraineté en trompe-l’œil avec parfois d’étranges indulgences internationales. Prendre une population entière en otage, lui donner comme unique perspective d’insertion ou de survie, la fournaise des tentes des réfugiés, les trafics de drogue, de carburant qui fleurissent,  à une poignée de main de terroristes pro-Daesh, ne fait pas un projet. Il ne fait que nourrir une impasse et prolonger le sursis pour ceux qui ont choisi le mauvais côté de la frontière. En face, le Maroc continue d’adopter des positions de bon sens. Même si le bon sens n’est pas la valeur la mieux partagée.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc