×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Bombardements

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5306 Le 03/07/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Par la voix de Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, le Maroc refuse nettement l’idée d’installer au Maroc des camps de rétention de migrants pour le compte de l’Union européenne. Il faut remonter à Driss Jettou au milieu des années 2000, pour trouver une position aussi nette.

    L’idée des responsables politiques de nos grands voisins et partenaires européens est de se débarrasser des migrants en les parquant hors des frontières. Cela date des années 1990. On sait dans quelles dramatiques proportions les questions des déplacements d’hommes se sont aggravées depuis.

    Personne n’ignore que l’aggravation vient directement des interventions occidentales. Des Etats y ont été détruits par des bombardements, rejetant les populations vers l’âge de la pierre (comme l’avait promis Bush), les asservissant à des milices violentes: quand l’Etat s’effondre c’est le seul moyen d’obtenir un minimum de sécurité physique, en échange du pillage des ressources, voire, comme en Libye, l’organisation de marchés aux esclaves.

    Et quand il n’y a pas eu des bombardements physiques par avion, ce furent, ce sont encore des bombardements idéologiques par des ONG irresponsables (mais financées): leur œuvre a été d’empêcher que les modalités adaptées de règlement des conflits bâtissent les consensus nécessaires au fonctionnement des sociétés.

    On connaît le triste résultat. Les opinions publiques de ce côté-ci de la Méditerranée savent parfaitement à quoi s’en tenir, même si les diplomates sont tenus d’envelopper leurs propos. On sait aussi comment l’Europe d’aujourd’hui procéderait si on lui obéissait: des camps qu’elle sous-financerait deviendraient lamentables et le Maroc serait alors mis à l’index via des rapports d’ONG d’autant plus «salés» que c’est ce sel-là qui nourrit leur financement.

    Voilà ce qu’est devenu le monde, mais ce ne sont pas les pays d’origine des migrants qui l’ont ainsi perverti.

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc