×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    L'Edito

    Belgique

    Par L'Economiste| Edition N°:2488 Le 20/03/2007 | Partager

    Le Maroc est en train de comprendre les effets bénéfiques de la diversification de ses relations. Il a compris que les alliances avec les pays qui comptent, même petits, est un grand atout.D’où le nouveau pas décisif dans le rapprochement avec la Belgique. La décision de créer une haute commission mixte traduit une forte volonté politique. En accordant une audience royale au Premier ministre belge, le Souverain a lancé un signal fort. Il était temps de donner un coup d’accélérateur à une relation légendairement timide. Fini donc les rencontres sectorielles épisodiques et place à la réunion de haut niveau destinée à donner un nouveau souffle au couple belgo-marocain. Désormais, avec Bruxelles, ce sera la même démarche que celle adoptée avec Madrid ou encore Paris. Jettou l’a bien compris: la Belgique siège au Conseil des Nations unies en tant que membre non permanent. Une carte de plus à avoir en main.Après le politique, les affaires ont aussi droit de cité avec une priorité donnée à l’investissement. Les Belges ont accompagné l’ouverture économique du Maroc sans le crier sur les toits. Plan Azur, phosphates, complexe portuaire Tanger-Med, ils ont flairé bien à l’avance les bonnes affaires. D’autres secteurs les intéressent comme la construction, l’offshoring ou les NTI. Sur ce dernier registre, ils ont plusieurs longueurs d’avance sur des puissances mondiales. Dans cette relation, les deux pays disposent d’un atout non négligeable: la bonne intégration de la communauté marocaine établie en Belgique. Elle compte un demi-million (5% de la population globale) dont certes des ouvriers, mais aussi des chefs d’entreprise, des conseillers communaux, des parlementaires, et même une ministre. Des relais de transferts de savoir-faire et de promotion des investissements. Une carte à ne pas griller.Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc