×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Ayasofya

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5809 Le 22/07/2020 | Partager
    nadia_salah_ed.jpg

    Est-ce bien une «transformation» ou un «retour» à un usage de mosquée, qu’Erdogan, le chef de l’Etat turc, applique à Ayasofya i kebir camii (Sainte- Sophie la grande mosquée). La réalité est qu’elle est toujours restée un lieu de prières et, en même temps, la seule mosquée ouverte aux visites. C’est ce dernier point qui changerait, et encore, pas sûr.

    Le plus intéressant de l’affaire n’est pas là.

    Erdogan a voulu en faire une guerre de religion, qui n’existe que par sa médiatisation. Il a réussi: c’est un maître en la matière.

    Tout un monde de politiciens, penseurs, journalistes, professeurs européens… se sont immédiatement mis à grimper aux rideaux. Inversement, il n’y a personne pour les milliers de juges, journalistes, professeurs… emprisonnés en Turquie.

    Or il y a eu un incident naval nettement plus grave le 10 juin 2020. Une flotte turque (protégeant un bâtiment civil en route pour la Libye) s’est montrée agressive envers, successivement, des navires de surveillance grecs, puis italiens, puis français. Paris a fait un peu de tapage à l’OTAN. L’ambassadeur turc en France a répondu, sans rire, que la frégate française avait fait une queue de poisson à la flotte turque (sic!). Et c’est fini.

    Comme on le sait, Ankara a pris pied en Afrique du Nord, avec des mercenaires syriens extrémistes, ayant perdu leur guerre contre Assad. La menace est assez forte pour inquiéter l’Algérie qui a fait dix ans de guerre terrible contre ses propres extrémistes.

    Le Maroc continue sa sieste. Espérons qu’il ne dort que d’un œil. En effet, l’installation turque raisonne ici à travers le courant des Frères musulmans, les mêmes qui voulaient, contre l’intérêt du Royaume, qu’Ankara gagne son agression commerciale sur le Maroc…

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc