×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Avantage compétitif

    Par L'Economiste| Edition N°:2164 Le 05/12/2005 | Partager

    Alors que le gouvernement a fait certains choix contestés et s’apprête à tracer les grandes lignes de la politique fiscale, il est heureux de constater que le débat reprend avec toute sa vigueur sur ces questions. Depuis Agadir, les experts-comptables -qui sont un peu l’interface entre l’entreprise et l’administration- ont relancé l’échange sur la place de la fiscalité dans la compétitivité de l’économie et, en parallèle, le dialogue entre partenaires- entreprise et administration fiscale. La pression sur le Budget de l’Etat et l’impératif de couvrir les charges de la collectivité ne doivent pas faire oublier que l’économie marocaine et ses opérateurs évoluent dans un cadre régional, voire international, où l’instrument fiscal concourt à la compétitivité. Certes, il n’est pas le seul, de même qu’il n’est pas normal que plus de six sociétés sur dix déclarent régulièrement des déficits. Que l’on cherche aussi à rétablir plus d’équité dans le système en s’attaquant aux niches fiscales ou aux exonérations «inutiles», personne ne s’en plaindra. Par ailleurs, la collectivité est dans son droit de se poser la question sur l’efficacité des avantages qu’elle concède à tel ou tel autre secteur.Pour autant, l’effort d’élargissement de l’assiette ne doit passer outre le rôle économique de l’impôt en focalisant sur la «comptabilité budgétaire». Dans le contexte de globalisation, dépouiller l’entreprise d’une partie de ses avantages compétitifs revient à la condamner face à une concurrence, qui, elle, active l’arme fiscale. Bien sûr que ce n’est pas à coups de dégrèvements d’impôt que nos entreprises amélioreront comme par miracle leur compétitivité. Mais une politique fiscale «habile» est incontestablement un plus. Abashi SHAMAMBA

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc