×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Aubaine

Par L'Economiste| Edition N°:1722 Le 10/03/2004 | Partager

Pour un événement c'en est un. 17 régions françaises et plus de 350 entreprises sont aujourd'hui à Casablanca pour prendre part à France Expo 2004. Cette grande manifestation, préparée dans les règles de l'art, comme savent si bien le faire les Français, promet d'être un succès. Il n'y a pas de raison pour qu'elle ne le soit pas. Tout le monde se rappelle le contexte particulier dans lequel s'était tenue la première édition. C'était en octobre 2001, un peu moins d'un mois après les actes terroristes aux Etats-Unis. Personne n'obligeait les organisateurs à maintenir l'événement ni les exposants à faire le déplacement, encore moins à conclure des affaires. Comme signe de confiance, le Maroc ne pouvait espérer mieux. Maintenant que les temps sont plus sereins, les organisateurs de France Expo ont placé la barre plus haut. Et ils ont raison. Un vent de modernisme souffle sur le pays depuis l'arrivée aux affaires de l'actuel gouvernement.Il faut dire que cette manifestation commerciale et industrielle intervient à un moment où le Maroc prend plus à coeur sa mise à niveau. L'expérience des centres d'investissement régionaux et les contrats-programmes pour secouer des pans entiers de l'économie, par exemple, renseignent sur cette volonté d'aller de l'avant. Même le code du travail, dont on n'espérait plus l'issue, a finalement été promulgué.France Expo 2004 a aussi ceci de particulier qu'il se tient au lendemain de la signature de l'accord de libre-échange avec les Etats-Unis et à la veille de l'élargissement de l'UE.Les pleurnicheurs qui voient dans cette nouvelle donne des entraves à leurs affaires, ont tout simplement peur de l'avenir. Si, en bons gestionnaires, ils avaient appris à l'anticiper, aujourd'hui, ils se frotteraient les mains.Hakima EL MARIKY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc