×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Attentes

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:4913 Le 07/12/2016 | Partager
benbabid_edito.jpg

Le salut des transports publics viendrait-il des régions? L’idée est en tout cas en train de faire du chemin avec comme point d’orgue des retrouvailles maroco-françaises  à Casablanca, pour étudier comment aller plus loin.  Le tout sous une perspective d’aménagement du territoire. Si ce chantier  mobilise depuis des années, l’opinion publique est fatiguée en revanche du manque de résultats des politiques locales qui peinent à résorber une crise installée.  Nous manquons de souffle sur le sujet des transports collectifs.
Le tramway déployé avec l’aide française a sans aucun doute contribué à soulager un tant soit peu mais reste une réponse partielle. De surcroît,  il y a eu ces dernières années un peu plus d’imagination dans le montage des projets et l’ingénierie d’organisation. C’est ce qui a permis de pallier l’incompétence de beaucoup de collectivités territoriales, voire de les soulager des risques industriels et économiques.
Il est cependant des arbitrages qu’aucune cellule d’ingénierie, aussi compétente soit-elle, ne pourrait prendre en charge. Comme par exemple d’imposer des couloirs dédiés pour les bus, de mettre de l’ordre dans le système des agréments, d’être plus innovants dans la recherche de sources de financement alors même que les options budgétaires se font rares. La mise à niveau suppose aussi le déploiement d’offre homogène de transport collectif où le client du tram, ou d’un futur métro, n’aurait pas de honte à prendre un autre mode, bus et/ou taxi. A condition que celui-ci réunisse des critères contemporains, modernes et décents de transport. Un des principaux challenges à négocier sera celui de la montée en puissance de la mobilité, et il y a ici de fortes attentes pour une région à forte densité comme celle de Casablanca-Settat.  L’expertise française est une bonne carte à jouer à cet égard. Avant d’être technique, elle a surtout l’avantage de l’expérience. Et dans le contexte marocain, ce n’est  pas un effet de communication seulement mais une réalité.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc