×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Assurances

Par L'Economiste| Edition N°:2794 Le 09/06/2008 | Partager

L’assurance est aujourd’hui un secteur qui se soucie de son image. On le voit bien à travers cet exercice de «rating» du niveau d’exécution des jugements. Lorsque L’Economiste avait décidé, il y a quelques années, d’en accompagner le suivi régulier -un projet dans lequel le journal avait cru dès le départ-, l’on voyait bien que les réflexes de transparence n’avaient pas été entièrement intégrés. A l’époque, le secteur se remettait difficilement, il est vrai, de la période traumatisante de l’assainissement. Entre-temps, le marché a connu quelques bouleversements, changements générationnels, concentrations, libéralisation… qui ont contribué à sa maturité. Pour l’exécution des jugements, les assureurs sont allés jusqu’au bout de leur démarche. L’Etat devrait peut-être s’en inspirer et communiquer régulièrement sur ses plus mauvais payeurs (cela pourrait conduire à réduire le stock d’ardoises que de nombreux ministères traînent au grand dam de leurs fournisseurs!). Certes, le secteur des assurances n’a pas entièrement gagné la bataille de la transparence, mais il peut d’ores et déjà surfer sur cette tendance pour négocier de nouvelles concessions.Les normes de solvabilité, sensiblement renforcées au cours de ces dernières années, sont certes bienvenues, mais continuent de poser des contraintes de fonds propres. Celles-ci relativisent la force de frappe des opérateurs puisqu’il y a moins de marge de manœuvre pour leur capacité d’investissement en actions. Du coup, c’est un pan entier de ressources qui échappe aux circuits de financements des entreprises. Les compagnies d’assurances sont, par ailleurs, sévèrement handicapées sur le profil des actifs admis en représentation des réserves techniques, même si des possibilités ont été ouvertes pour les fonds touristiques.C’est incontestable, les pouvoirs publics doivent réfléchir à des mesures pour renforcer le rôle économique de ce marché. Un marché qui le mérite pour avoir affiché sa bonne foi et ses…assurances. Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc