×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Zones industrielles : Vente de lots à Mohammadia

    Par L'Economiste | Edition N°:38 Le 16/07/1992 | Partager

    L'E.R.A.C. de Casablanca commercialise 218 lots au prix de 650 DH le m2 dans la zone industrielle de Mohammadia Sud-Ouest. Le point sur les zones industrielles de la Wilaya.

    La première tranche de la zone industrielle de Mohammedia Sud-Ouest en cours de commercialisation par l'E.R.A.C. de Casablanca comprend des lots de 640 à 4.218m2. Cette zone bénéficie d'une infrastructure développée par rapport au reste de la périphérie de l'agglomération casablancaise. Elle est située près de l'échangeur de Mohammedia Ouest et délimitée par la voie ferrée au Nord, l'Autoroute au Sud et la Route Secondaire 36 b à l'Est.
    La zone industrielle de Mohammedia S.O. s'étend sur environ 110ha. Elle est située dans la zone industrielle secteur I2. Le secteur I2 étant destiné à abriter des activités industrielles de 2° et 3° catégorie formées respectivement par les industries non polluantes, les activités artisanales et tertiaires. Une surface de 10.000m2 est prévue pour des équipements d'accompagnement (centres de santé, terrains de sport, PTT, salles d'exposition, protection civile...etc). Par ailleurs, des espaces verts d'une superficie de 16 hectares seront aménagés.
    La réalisation de la zone industrielle de Mohammadia entre dans le cadre des orientations du Schéma Directeur d'Aménagement Urbain de Casablanca. En plus de cette zone, les Plans d'Aménagement communaux de la Willaya du Grand Casablanca prévoient aussi une zone industrielle à la périphérie de Casablanca et une autre à la Commune Urbaine de Sidi Moumen.
    Si le plan Prost avait réservé la partie Nord-Est de la ville aux activités industrielles, le SDAU prévoit quant à lui, une diffusion plus large des unités de production à travers les différentes communes urbaines et rurales de la willaya.
    Malgrès les codes des investissements dissuasifs pour contrecarrer l'implantation d'industries dans l'agglomération, Casablanca continue d'occuper la première place financière et commerciale du pays.
    Le Schéma Directeur d'Aménagement Urbain projette la création à Casablanca de 235 000 emplois industriels nouveaux à l'horizon 2000.
    D'ailleurs depuis quelques années Casablanca connaît des mutations importantes tant au niveau de la nature des activités industrielles qu'au niveau de la localisation des unités de production.
    Les anciens quartiers industriels de Aïn Sebâa - Hay Mohammadi concentrent plus de la moitié de l'activité industrielle de la Wilaya. Les industries prédominantes relèvent des secteurs de la Chimie, de l'Agro-alimentaire, de la mécanique et électricité. Dans le Centre et l'Ouest, le tissu est mixte (habitat et activités). Ce sont surtout des P.M.I. spécialisés dans le textile et le cuir. C'est dans la Périphérie que s'est développée la "couronne industrielle".
    Les plans d'aménagement communaux ont prévu la création de 800 hectares de zones exclusivement réservées à l'industrie et localisées principalement à la Périphérie de Casablanca: dans les communes rurales de Dar Bouazza (150 ha en I2),Bouskoura (150 ha en I2),Tit Mélil (125 ha en I2), Médiouna (20 ha en I2), Ouled Saleh (40,5 ha en I7), Aïn Harrouda (25 ha en I2).
    L'opportunité d'aménager de nouvelles zones industrielles ainsi que leur programmation ont fait l'objet d'une étude menée par l'Agence Urbaine de Casablanca.

    Proximité

    Plusieurs critères ont orienté le choix de l'Agence en matière de programmation d'aménagement industriel. Parmi ces critères, on peut retenir celui de la nature des activités industrielles, les facilités d'assainissement et la proximité des équipements d'infrastructure et de superstructure (Port, Aéroport, grandes voies de circulation...etc).
    Tit Mellil par exemple est desservie par la R.S. 107 et 106, Médiouna par la R.P.7, Oulad Salah par la R.S.114 et la voie ferrée, la zone Lissasfa par la R.P.8 et la Route d'El Jadida, Mohammadia par l'autoroute au Sud et la voie ferrée au Nord.
    Face à la concurrence avec le secteur résidentiel, les zones spontanément réservées à l'industrie sont pratiquement inexistantes. De plus, le secteur industriel s'est trouvé confronté à des problèmes d'équipement de toutes natures y compris le réseau téléphonique et le transport en commun.
    Cette situation a conduit les propriétaires de terrains situés en zones industrielles prévus par les documents d'urbanisme à projeter l'aménagement de trois zones. Ces projets concernent notamment les zones de Tit Mellil, Dar Bouazza et Médiouna. Le projet d'aménagement de Tit Mellil couvre une zone d'une superficie de 60ha.
    Dar Bouazza est en cours d'aménagement par l'association des riverains de la zone industrielle de Lissasfa "Arzil". La superficie du terrain est de 148ha.
    Un autre projet d'aménagement d'une zone industrielle de 28ha se situe dans la Commune Rurale de Médiouna.

    M.H.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc