×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 172.689 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 216.351 articles (chiffres relevés le 2/6 sur google analytics)
International

Zone euro
Une économie plus faible va contenir l’inflation

Par L'Economiste | Edition N°:2653 Le 16/11/2007 | Partager

. Elle va rester en moyenne à 2% jusqu’en 2009LE ralentissement économique prévu dans la zone euro va contenir en 2007 et les deux années suivantes les pressions inflationnistes liées à la flambée des prix du pétrole, selon un sondage d’experts européens publié jeudi 15 novembre par la Banque centrale européenne (BCE). Selon ce sondage trimestriel, dont s’inspire la BCE pour établir ses propres prévisions économiques, l’inflation va rester en moyenne à 2% cette année, en 2008 et en 2009. Malgré l’envolée des prix du pétrole et la valse des étiquettes sur les produits alimentaires, les experts n’ont pas révisé à la hausse leurs prévisions. Car, contrairement au trimestre dernier, ils estiment que le ralentissement attendu de la croissance économique va contrebalancer les pressions inflationnistes, indique la BCE dans son rapport mensuel de novembre. Ils ont d’ailleurs révisé à la baisse leur estimation de croissance pour 2007, désormais évaluée à 2,6% (contre 2,7%), et en 2008 avec une hausse du produit intérieur brut attendue de 2,1% (contre 2,3% auparavant).«La progression des investissements devrait être plus faible que précédemment anticipée, en raison de conditions de crédit plus tendues» liées à la crise des crédits immobiliers à risque «subprime» aux Etats-Unis. Les experts justifient aussi la révision à la baisse de leurs prévisions par la forte appréciation de l’euro, désavantageuse pour les exportateurs de la zone euro, et une croissance mondiale qui devrait être un peu moins dynamique en raison d’un ralentissement plus marqué que prévu des Etats-Unis.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc