×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Zone euro: Les banques sous tension

    Par L'Economiste | Edition N°:3310 Le 01/07/2010 | Partager

    . Ceci avant un remboursement record à la BCE . Des banques ont emprunté plus de 442 milliards d’euros LE compte à rebours est lancé avant l’arrivée à échéance, ce jeudi 1er juillet, d’un prêt record de la Banque centrale européenne (BCE) à plus d’un millier de banques de la zone euro, qui vont devoir prouver à cette occasion leur solidité financière. Il y a un an, 1.121 banques implantées en zone euro avaient emprunté plus de 442 milliards d’euros à la BCE au taux fixe de 1%, un record dans l’histoire de l’institution monétaire européenne sur une seule opération. Les marchés attendent désormais de voir si le remboursement massif ne va pas provoquer un assèchement brutal des liquidités en zone euro. Pour faire face à l’échéance, les banques peuvent compter sur un surplus de liquide dans leurs caisses, d’environ 300 milliards d’euros actuellement. Du coup, les opérations de refinancement deviennent un vrai test de la santé des banques et du marché interbancaire dans son ensemble, faisaient remarquer plusieurs économistes. Une ruée des instituts sur ces deux opérations montrerait que le marché interbancaire reste grippé. Les banques rechignent toujours à se prêter de l’argent entre elles et à faire circuler les liquidités. Il revient actuellement plus cher de se refinancer via la BCE, au taux fixe de 1%, que de passer par le marché interbancaire.En cas de forte demande, les marchés pourraient y voir le signe d’une crise de liquidités, ce qui risquerait d’augmenter le prix de la dette de pays en difficulté et de compliquer encore l’accès au prêt interbancaire pour certaines banques, estime Luca Cazzulani de Unicredit. «On a un marché interbancaire moins solide et moins confiant», a reconnu le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer. Mais les banques de la zone euro, dont les banques françaises, n’auront «aucun problème» pour rembourser les 442 milliards d’euros à la BCE aujourd’hui, selon lui. La ministre espagnole de l’Economie Elena Salgado a aussi assuré que les banques du pays passeraient sans encombre la date butoir alors que l’Espagne inquiète particulièrement les marchés. A noter que la BCE a alloué, hier mercredi, un montant record de liquidités sur trois mois aux banques installées en zone euro. Par ailleurs, les Bourses européennes et Wall Street ont brusquement plongé mardi dernier. Doutes sur la solidité de la reprise économique en Chine, de mauvais indicateurs macroéconomiques au Japon, interrogations sur la solvabilité des banques européennes, chute de la confiance des ménages aux Etats-Unis: une conjonction de facteurs explique la défiance des investisseurs. F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc