×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Europe

    ZLE: Les rencontres d'information se multiplient

    Par L'Economiste | Edition N°:273 Le 27/03/1997 | Partager

    Le débat sur la zone de libre-échange est intarissable. Les industriels mais aussi les étudiants sont sans cesse en quête de nouvelles informations. La Faculté de Droit de Mohammédia et la CCIM ont organisé un séminaire sur le thème.


    Pour sa première sortie en public cette année, la Faculté de Droit de Mohammédia a retenu le thème de la zone de libre-échange et ses retombées sur l'entreprise. Organisée conjointement par la Chambre de Commerce et d'industrie de Mohammédia et la Faculté de Droit de la même ville, cette journée d'étude s'est tenue le jeudi 20 mars. Cette coopération s'est reflétée d'ailleurs sur la composition de l'assistance venue nombreuse. Elle était constituée pour une grande part d'industriels de la ville et d'étudiants.
    En plus des enseignants-chercheurs, cette journée a vu la participation des pouvoirs locaux de Mohammédia dont notamment le gouverneur qui a présidé la séance d'ouverture. Le recteur de l'Université Hassan II, M. Mohamed Ferhat, présent également, a d'ailleurs annoncé la connexion courant cette année de l'Université Hassan II à Internet. Le noeud sera établi à la Faculté des Sciences et Techniques de Mohammédia et servira tous les établissements universitaires relevant de l'Université Hassan II.
    Cette journée d'étude s'est surtout voulue explicative. D'où la ruée des étudiants dont une partie est restée debout faute de places. L'amphithéâtre où s'est déroulée la journée a une capacité de 500 personnes.

    L'ensemble des universitaires qui sont intervenus n'ont cessé de rappeler les défis que pose la zone de libre-échange à l'économie marocaine.
    Au début de la rencontre, il a fallu aborder le pourquoi de la formation de blocs économiques et l'institution de zones de libre-échange. M. Dkhissi, enseignant à la Faculté de Droit de Rabat, a ainsi expliqué que, c'est face à la mondialisation et au renouveau du régionalisme par la formation de blocs régionaux, que l'Union Européenne a proposé un nouveau code d'association avec le Bassin méditerranéen.
    Les bases de ce nouveau partenariat, définies par le Conseil européen lors de sa réunion en juin 1995, sont l'entrée libre des produits industriels originaires de la zone méditerranéenne et l'amélioration de la libéralisation des échanges de produits agricoles. A ce niveau, M. Sagou, enseignant à la Faculté de Droit de Rabat, a rappelé l'effort de mise à niveau que doit entreprendre l'ensemble de l'appareil productif marocain. L'effort financier, a-t-il indiqué, représente quelque 45 milliards de Dirhams.
    De même, pour attirer les investissements directs étrangers (IDE), il faut un ensemble de préalables. «Les analyses développées dans ce sens ont opté pour une liaison entre l'afflux des IDE et l'amélioration du marché, la formation de la main-d'oeuvre et le développement des infrastructures notamment», note M. Bougantouch de la Faculté de Droit de Mohammédia.

    Première action du LERBE


    Au niveau de la Faculté de Droit de Mohammédia, c'est le Laboratoire d'Etudes et de Recherches sur les Besoins de l'Entreprise (LERBE) qui se charge de l'organisation de séminaires. Créé au début de l'année, le laboratoire s'est doté de salles d'informatique, de reprographie et d'une bibliothèque notamment. Le LERBE peut aussi utiliser les compétences des enseignants de la faculté. Il a pour mission d'encourager la recherche scientifique fondamentale et appliquée dans les domaines relatifs à l'entreprise.
    Le LERBE peut ainsi effectuer des études et des recherches au profit d'organismes externes. Il a notamment pour mission d'assurer la formation continue au profit des entreprises et des prestations de conseil et d'expertise. Pour l'heure, le LERBE est en pourparlers avec une association pour la formation continue de ses cadres.

    Malika EL JOUHARI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc