×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Zapatero: “Les réformes initiées au Maroc sont méconnues en Espagne”

Par L'Economiste | Edition N°:1168 Le 20/12/2001 | Partager

. S'il s'est gardé de se poser en médiateur, le chef des socialistes espagnols a expliqué sa position sur l'accord de pêche, le Sahara marocain et l'immigration clandestineJosé Rodriguez Zapatero, chef du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE), est un homme prudent. Il s'est soigneusement gardé d'analyser les sujets qui fâchent des deux côtés du Détroit lors de la conférence de presse clôturant sa visite-éclair mardi dernier à Rabat. Sur l'avenir des relations entre les deux pays, le chef des socialistes espagnols a vivement souhaité le retour à la normale. Cela relève de la responsabilité des deux gouvernements et “il ne peut donc pas se prononcer à leur place”. Son camarade et homologue marocain, Abderrahman Youssoufi, Premier ministre et leader des socialistes marocain est lui, plus précis: “Cette visite a permis de baliser le terrain au rétablissement de la confiance entre Madrid et Rabat”, souligne-t-il fièrement. Un enjeu d'autant plus important que l'Espagne s'apprête à assumer la présidence tournante de l'UE. Zapatero dit avoir eu “des entretiens fructueux” avec SM le Roi et les responsables marocains. Il a livré sa propre analyse sur trois points sensibles: l'accord de pêche, qui “devra être reformulé de façon à aboutir à des conventions sectorielles”. Tournons la page, suggère Zapatero et “réfléchissons ensemble à une nouvelle façon de coopération pour sauver les régions sinistrées”. Allusion à l'Andalousie, la plus touchée par l'arrêt de l'accord. Le jeune leader socialiste espagnol laisse ainsi entendre que tôt ou tard les deux gouvernements devront trouver une solution car il y va de l'avenir des relations entre les deux pays.Deuxièmement, le problème du Sahara marocain. Zapatero est plus nuancé que les positions que soutient le gouvernement de Madrid. Il estime que la solution réside dans les propositions du Plan Baker prenant ainsi à contre-pied le gouvernement du Centre-Droit de José-Mari Aznar. C'est une position très courageuse d'autant qu'elle va à l'encontre de la thèse du Polisario qui prend de plus en plus du galon en Espagne. Enfin, le dossier de l'immigration clandestine devra être examiné d'une façon concertée entre les deux pays. Depuis plusieurs mois, l'Espagne rompant avec le langage diplomatique, impute au Maroc la responsabilité de “l'invasion” de ses côtes qu'il accuse de complaisance, esquivant sa propre responsabilité. Ce à quoi le gouvernement marocain réplique que Madrid doit commencer par balayer d'abord devant sa porte car les réseaux d'immigration sont actifs des deux côtés.Mais pourquoi ces discordes ont-elles soulevé cette tempête politique, au point d'arriver à la rupture? Tout simplement, parce que le Maroc n'est pas bien connu en Espagne. “L'opinion espagnole doit connaître le processus de modernisation initié par Sa Majesté le Roi Mohammed VI”, affirme Zapatero. Pour cela, la machine diplomatique est appelée à tourner à fond. Signe de cette méconnaissance, les sorties inamicales de certains journaux espagnols qui ont condamné la visite du responsable politique espagnol. La visite de Zapatero est allé bien au-delà d'une rencontre avec les camarades marocains de l'USFP. Un protocole d'accord a été signé mardi dernier entre le PSOE et l'USFP. Il stipule le renforcement de la coopération économique, culturelle et sociale entre les deux pays, le soutien de la communauté marocaine en Espagne, la dynamisation du dialogue euro-méditerranéen et l'intensification des visites bilatérales, surtout entre les sections socialistes du Nord du Maroc et celle de l'Andalousie.


Ali Lamrabet rouspète

M. Ali Lamrabet, le directeur de Demain Magasine, a fait une sortie spectaculaire lors de cette conférence de presse. Intervenant en espagnol, il s'est plaint à Zapatero du comportement du gouvernement Youssoufi et lui a décrit ses déboires judiciaires. “Accepteriez-vous qu'une telle atteinte à la presse intervienne sous un gouvernement socialiste et qu'on me taxe d'espion de l'Espagne de surcroît?”, déplore-t-il, sous l'oeil placide de Youssoufi. “Je n'ai pas à me prononcer sur ces affaires internes”, répond Zapatero, indiquant néanmoins que “ses portes restent ouvertes…”. Youssoufi lève la séance avec un de ses sourires dont il a le secret. Nadia LAMLILI


. Lufthansa se dote de 15 AirbusLe Conseil de Surveillance de Lufthansa a approuvé dernièrement la proposition du Directoire portant sur l'acquisition de 15 Airbus A380-800 superjumbos. Cette décision anticyclique, prise dans le contexte de crise que traverse actuellement le transport aérien, constitue un investissement stratégique pour la compagnie. Lufthansa prendra livraison de son premier superjumbo au premier trimestre 2007. “La taille de cette nouvelle génération d'appareils aura un impact substantiel sur la rentabilité de nos vols”, a précisé Jürgen Weber, président de Lufthansa. “Les A380 permettront de réduire les coûts par siège de 15 à 20%”, a-t-il ajouté.. Fiat se réorganiseFiat, le plus grand groupe industriel d'Italie, se réorganise. Son plan de restructuration, visant essentiellement la réduction des dettes, comprend notamment des changements au niveau de la direction, des cessions et une réorganisation de sa structure d'actions. Cette décision, prise lors du conseil d'administration de l'entreprise tenu récemment à Turin, fait suite à la chute saisissante de sa performance financière, exacerbée par une perte de 120 millions de dollars à Fiat Auto au troisième trimestre.. Roche devient majoritaire dans ChugaiRoche vient d'acquérir 50,1% de Chugai, le dixième laboratoire pharmaceutique au Japon, pour un montant de 155 milliards de yens. Cette opération, qui suit l'acquisition de Japan Telecom par le groupe Vodaphone, met en évidence la volonté des entreprises japonaises à prendre part dans la restructuration mondiale. Les groupes pharmaceutiques japonais ont, en fait, reconnu le besoin de former des alliances globales. Cependant, leur situation financière suffisamment bonne et la crainte de perdre leur indépendance a empêché la plupart d'entre elles de chercher des partenaires étrangers.. FMI: Nouveau fonds d'aideLe Fonds Monétaire International (FMI) doit accéder à un nouveau fonds de plus de 300 milliards de dollars, financé par un impôt sur l'investissement international, pour aider les pays frappés par la crise financière. C'est ce qu'a déclaré à New York Edwin Truman, éminent analyste et ex-président de la Fed. Dans son discours, Edwin Truman a recommandé l'établissement d'un plan visant la création d'un nouveau fonds de stabilité financière internationale pour renforcer les ressources du FMI. D'après lui, plutôt que de forcer le secteur privé à contribuer à l'aide internationale une fois que la crise survient, le FMI doit faire en sorte que les investisseurs internationaux prévoient à l'avance des ressources pour pallier à ce genre de situation.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc