×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Wolfowitz veut relancer son offensive contre la corruption

Par L'Economiste | Edition N°:2455 Le 01/02/2007 | Partager

. De nouvelles propositions seront détaillées au printempsLe président de la Banque Mondiale (BM), Paul Wolfowitz, a fait part mardi 30 janvier de son intention de relancer son offensive contre la corruption après avoir essuyé des critiques de la part des pays riches et pauvres sur un précédent projet.Le président de la BM a souligné lors d’une conférence téléphonique qu’il avait engagé une vaste consultation avec les gouvernements et les organisations représentant la société civile pour s’assurer que les plus pauvres n’aient pas à souffrir des conséquences de son offensive contre la corruption.«D’une certaine façon j’ai été surpris de la force du consensus qui s’est manifesté», a affirmé Wolfowitz mardi lors de la conférence téléphonique après avoir présenté les résultats de ses consultations au Conseil d’administration de la banque.Lors de l’Assemblée générale de la BM à Singapour en septembre, Paul Wolfowitz s’était vu reprocher par plusieurs pays européens et en voie de développement de placer son initiative anticorruption avant la protection des habitants les plus pauvres de la planète.La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne s’étaient également inquiétées de son projet d’attacher des préconditions à l’aide de la BM aux pays en voie de développement avec des critères de lutte contre la corruption et de bonne gestion des affaires publiques. Mais, il avait reçu le soutien de l’administration américaine. Avant de prendre la tête de la BM, Wolfowitz était secrétaire-adjoint à la Défense dans l’administration du président républicain George W. Bush. Les nouvelles propositions de Wolfowitz seront détaillées lors des prochaines assemblées de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la BM à Washington à la mi-avril.Eckhard Deutscher, le représentant allemand au Conseil d’administration de la BM, a exprimé mardi l’espoir que ces propositions soient adoptées d’ici la fin juin. Selon Deutscher, il y a eu mardi lors de la réunion du Conseil d’administration «un accord général sur le fait que la banque a répondu aux préoccupations qui avaient été émises lors de l’assemblée annuelle à Singapour». Paul Wolfowitz a, de son côté, déclaré qu’il était disposé à «travailler avec les gouvernements mais aussi à s’engager davantage avec le secteur privé, la société civile et les médias».Il a précisé qu’il travaillerait à «renforcer plutôt que de contourner les systèmes nationaux» et à améliorer la coordination avec les donateurs, assurant que la banque «ne devait pas travailler seule».Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc