×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Washington attaque l’Iran?

Par L'Economiste | Edition N°:2622 Le 02/10/2007 | Partager

. Les Gardiens de la révolution iraniens accusés de soutenir les insurgés en IrakL’administration Bush envisagerait de possibles raids aériens contre les Gardiens de la révolution iraniens plutôt que contre des installations nucléaires dans le pays, rapporte le magazine The New Yorker dans un article paru lundi 1er octobre. Selon le journaliste vedette américain Seymour Hersh, citant des responsables américains parlant sous couvert de l’anonymat, l’administration Bush a opté pour un changement de stratégie dans ses plans d’attaques éventuels contre l’Iran et viserait plutôt à procéder à des frappes aériennes ciblées contre les Gardiens de la révolution, ou Pasdarans. Les Etats-Unis accusent les Gardiens de la révolution d’apporter notamment leur soutien aux insurgés en Irak.Ce changement de stratégie intervient alors que le Président Bush et ses conseillers commencent à décrire la guerre en Irak de plus en plus comme «une bataille stratégique entre les Etats-Unis et l’Iran», écrit Hersh. Lors d’une vidéoconférence cet été avec l’ambassadeur américain à Bagdad Ryan Crocker, M. Bush aurait indiqué qu’il envisageait de frapper des cibles iraniennes de l’autre côté de la frontière et que les Britanniques «étaient avec lui», ajoute l’article. Bien qu’aucun ordre officiel d’exécution n’ait été donné pour une opération militaire en Iran, le rythme des préparatifs militaires se serait accéléré et la CIA aurait renforcé son unité travaillant sur l’Iran, indique le New Yorker. L’article affirme également que les dirigeants israéliens étaient consternés par la décision de Washington de ne pas frapper les installations nucléaires iraniennes et que des responsables français avaient exprimé des doutes sur les possibles raids aériens ciblés.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc