×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Voyagistes de Casablanca
Le Hadj et la «commission zéro», deux casse-tête

Par L'Economiste | Edition N°:2121 Le 03/10/2005 | Partager

. La billetterie, 70% de l’activité de la majorité des agencesC’est un bilan globalement satisfaisant des activités 2005 que l’association des agences de voyages de Casablanca a dressé, lors d’un point de presse jeudi 29 septembre. L’AVC, qui estime le chiffre d’affaires des entreprises casablancaises à 2,5 milliards de dirhams en 2005, met ainsi l’accent sur la campagne de recensement et de mise à niveau des agences de voyages. L’opération, conduite par la direction des entreprises et activités touristiques de Casablanca relevant du département de Douiri, est destinée à aider des agences à se restructurer pour pouvoir affronter la rude concurrence. Plusieurs actions de communication et de formation ont également été menées par l’association. Les membres actuels du bureau espèrent que des actions similaires seront initiées en 2006. Les prochaines élections du bureau de l’association sont prévues pour mars 2006. La constitution de la Fédération régionale du tourisme est aussi attendue. Pour le président de l’AVC, Otman Cherif Alami, ce chantier «urge pour disposer d’une représentativité au niveau régional». Pour l’association, il est aujourd’hui nécessaire de «diversifier et d’élargir les services». Une enquête menée auprès de 50 agences de voyages de Casablanca, montre que la billetterie est l’activité principale des voyagistes. Selon les résultats de l’enquête, 60% des agences réalisent entre 50 et 70% de leur chiffre d’affaires en billetterie et 10% ne font que de la billetterie. La tendance devrait être inversée. «Nous sommes des créateurs de rêve et d’évasion et non de simples marchands de billets d’avion», ajoute-t-on auprès de l’AVC. Les voyagistes seront d’ailleurs bien obligés de diversifier leurs prestations après le passage à la commission zéro. 7% des agences ne proposent que le Hadj et l’Omra et 57% des sondés en font leur principale activité. Mais si l’organisation du Hadj est une préoccupation, c’est surtout le passage au nouveau modèle économique qui inquiète. Ce système, déjà en pratique dans la majorité des pays partenaires, diminuerait drastiquement les recettes des voyagistes. La position finale des opérateurs devrait être connue en ce début de semaine.


Des bureaux de représentation à Jeddah

Le monde des agences de voyage est en pleine effervescence. Mise à niveau, assainissement…, les chantiers sont nombreux. Avec l’entrée en vigueur, le 1er novembre prochain, du nouveau modèle économique (commission zéro pour les agences de voyages), c’est une nouvelle ère pour les entreprises du secteur. Autre chantier de taille: le Hadj. A la veille du pélerinage, de nombreuses protestations fusent quant au mode de répartition et la sélection des agences. La fédération vient de proposer l’ouverture, lors de la prochaine opération, de deux bureaux à Jeddah, chargés d’apporter assistance et soutien aux pèlerins. Une enveloppe d’un million de dirhams aurait déjà été collectée auprès des membres de la fédération en vue de son affectation à l’opération. Les voyagistes souhaitent créer un «fonds de garantie» alimenté par les cotisations des pèlerins (200 dirhams/ pèlerin) pour les nouvelles prestations de service envisagées lors du pèlerinage. Des négociations seraient également en cours pour conférer au fonds une valeur juridique. Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc