×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Affaires

Voyage à l’intérieur du Dreamliner
De notre envoyé spécial à Seattle, Ali ABJIOU

Par L'Economiste | Edition N°:2118 Le 28/09/2005 | Partager

. Un avion plus spacieux, plus rapide et économique . La RAM devrait recevoir ses premiers appareils début 2008Plus grand, plus spacieux, plus économique, le 787 Dreamliner, dernier-né de la famille des avions commerciaux de Boeing, cumule les superlatifs. L’avion que la Royal Air Maroc compte acquérir est «un bijou», notent les responsables de Boeing.Il s’agit, selon l’avionneur américain, d’un avion révolutionnaire qui a tous les atouts pour séduire les compagnies aériennes et surtout les voyageurs. L’intérieur de la cabine que L’Economiste a pu visiter, à Seattle au siège de Boeing, est largement supérieur à celui des avions de la concurrence, permettant de donner une réelle impression d’espace. Les portes d’accès sont plus grandes et donnent sur un espace d’accueil plus vaste. De la sorte, les circuits d’entrée des passagers seront plus fluides et permettront un mouvement plus rapide à l’arrivée comme au départ. Le design de l’intérieur de l’avion est dans sa phase finale, mais, d’ores et déjà, les grandes lignes sont en place. Les hublots n’auront pas de cache. Leur transparence pourra être contrôlée via des verres intelligents commandés électroniquement par le passager ou l’équipage. Ces hublots sont aussi plus grands que ceux de la plupart des avions commerciaux. L’éclairage sera assuré par des composants électroniques de couleurs différentes permettant de régler la teinte en fonction de l’heure du jour, afin de donner une atmosphère plus feutrée et accueillante. Même les équipages seront gâtés dans le futur avion. Ils disposeront de deux espaces de repos au dessus de la cabine. Selon les chiffres avancés par Boeing, le 787 sera jusqu’à 20% plus économe que les autres avions de sa classe, un argument qui a sa valeur vu que les cours du pétrole ne cessent de monter. Ce qui se traduit par des gains au niveau des coûts d’exploitation. A titre d’exemple, le Dreamliner consommera moins de 2,4 litres de combustible par passager, soit moins de la moitié que ce que consomme une Berline. L’avion permettra aussi de réduire les coûts de maintenance en offrant une plus grande standardisation avec le reste de la flotte de Boeing. En effet, il partage le même poste de pilotage avec le 777. «Les pilotes de ce dernier pourront faire une transition vers le 787 en moins d’une semaine», note-t-on auprès de Boeing.Un autre argument non moins important reste l’augmentation de près de 20% de la capacité cargo de l’appareil, ce qui se traduit par des recettes supplémentaires chez les transporteurs. Le Dreamliner concurrence de très près l’A350 d’Airbus. Le consortium européen avait été sélectionné en parallèle avec Boeing pour un appel d’offres pour la fourniture de cinq appareils de transport. Malgré un report à deux reprises sur demande d’Airbus, ce dernier s’est finalement retiré début août. Le programme du Dreamliner a été lancé en 2004. Le premier vol devrait se faire durant l’année 2007. En 2008, commenceront les premières livraisons. Ce sera la compagnie japonaise ANA qui recevra les premiers appareils. La RAM devrait recevoir son premier appareil courant 2008.


Signature imminente

C’est sous peu que la RAM devrait signer le contrat d’achat des cinq 787. Un mémorandum d’entente a déjà été signé en août dernier suite au retrait imprévu d’Airbus de la course. Actuellement des négociations sont en cours afin de ficeler le contrat. «Il est plus que probable que la signature ait lieu avant la fin du mois de septembre», note Lee Monson, vice-président en charge des ventes de Boeing. Le montant total sera de près d’un milliard de dollars. Le prêt de financement sera garanti par l’Exim bank, selon une procédure bien définie.


Le dernier éteindra les lumières

Après des années de crise, Boeing améliore son score. L’avionneur américain est sur le point de boucler un des meilleurs exercices de son histoire. La part de marché globale atteint actuellement la barre des 60% dans les moyen et long courriers, alors qu’au Moyen-Orient elle dépasse les 50%, selon Monson. Mais les ventes lors de ce dernier exercice risquent de pâtir fortement des envolées des cours du pétrole. Boeing a déjà dépassé plusieurs crises dont la plus forte a été celle des années 70. Principal employeur dans la ville de Seattle, il constitue une des principales sources de revenu pour la région. On raconte qu’au lendemain de la crise du pétrole des années 70 où Boeing avait dû dégresser ses effectifs, Seattle s’est vidée. A tel point qu’un panneau, accroché à l’entrée de la ville, disait: «Le dernier doit éteindre les lumières».

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc