×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Volume sur les obligations

Par L'Economiste | Edition N°:640 Le 17/11/1999 | Partager

Une fois les opérations ponctuelles terminées, le marché sombre à nouveau dans une atonie persistante. Maintenant que l'offre de l'ONA sur Financière Diwan est bouclée, le marasme de la place casablancaise est mis à nu. Au terme de la séance d'hier, les actions n'ont réalisé qu'un volume d'échanges "médiocre": 26,7 millions de DH. Ce sont les obligations qui ont pris la relève, réalisant près de 53 millions de DH. Ce compartiment a donc drainé plus de 66% du volume global de la journée.
Généralement, lorsque le marché des actions va mal, les investisseurs trouvent une alternative en celui des obligations qui sont certes moins rentables mais plus sûres. Selon quelques opérateurs, les transactions réalisées hier ont été essentiellement à l'initiative des sicav obligataires. Du côté du marché de blocs, cela a été encore une fois le désert total.

A noter que Financière Diwan a traité à 386 DH hier pour 298 titres échangés. Elle accuse ainsi la plus forte baisse de la journée avec une régression de 5,85% par rapport aux fameux 410 DH.
La BMCI a également terminé la journée avec une contre-performance. Son cours est passé de 585 à 861 DH, soit -4,10%. Cependant, cette variation n'est pas significative dans la me-sure où l'échange n'a porté que sur 6 actions.
A la hausse, c'est Taslif qui s'est dégagée du lot avec un gain de 5,60%, grimpant de 267 à 281,95 DH. Elle compense ainsi une partie des pertes cumulées depuis plusieurs séances. D'ailleurs, c'est tout le secteur du crédit à la consommation qui est en souffrance en bourse ces derniers temps. Les sociétés cotées sont pénalisées par la baisse du TEG et ses conséquences sur les résultats futurs. L'IGB a encore une fois piqué du nez avec un recul de 0,18% hier.

Hanaâ FOULANI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc