×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Volailles
Abattage et distribution, toujours un problème

Par L'Economiste | Edition N°:3138 Le 28/10/2009 | Partager

. Les circuits plombés par l’informel. 300 exposants à Dawajine jusqu'au 29 octobre «Le point noir du secteur avicole se situe essentiellement au niveau de l’abattage et de la distribution», avoue Chaouki Jerrari, directeur général de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA). Une activité plombée par l’informel. Aussi, la tenue de la 12e édition du salon Dawajine qui se tient du 27 au 29 octobre, devrait-elle apporter des solutions à travers les nouvelles technologies qui sont exposées.L’ensemble des activités d’accompagnement de la filière est représenté à cette manifestation. A noter tout de même une mobilisation moins importante des exposants pour cette édition. Ils sont près de 300 au lieu de 350 lors de la précédente rencontre. Hormis les participants traditionnels, l’on note la présence d’exposants russes notamment. Plus de 60% des participants sont des étrangers. Quelque 15.000 visiteurs sont également attendus durant les trois jours de l’événement, annonce le comité d’organisation. Après un été caniculaire, marqué par de fortes pertes de la volaille, l’occasion est donnée aux professionnels de se voir présenter les nouveautés en matière d’équipement. D’autant plus que les fortes chaleurs ont engendré des taux de mortalité de 20 à 50% dans certaines régions. Et l’opportunité n’a pas manqué d’être saisie au vol. C’est ainsi que l’espagnol Exafan ou encore Carven proposent des appareils de ventilation qui occupent une bonne partie des stands. A noter aussi des solutions proposées pour l’abattage de la volaille avec des appareils de plus en plus performants. Aujourd’hui, la tendance à la modernisation des fermes est plus que d’actualité. Selon Peter Romer, responsable commercial de Chore-Time, «le Maroc ne devrait pas échapper à l’industrialisation du secteur avicole dans les 10 prochaines années». De l’avis des professionnels, les potentialités du marché restent assez importantes. Notamment sur le créneau du poulet de chair où les équipement sont assez rudimentaires. Quoi qu’il en soit, les professionnels se veulent rassurants quant à l’avenir de la filière. A l’appui, ils rappellent les retombées attendues du contrat-programme qu’ils ont passé avec le gouvernement. Pour rappel, un investissement de près de 4,5 milliards sera engagé à l’horizon 2013. Et cela dans les structures de production, de commercialisation et de distribution des produits avicoles (cf. www.leconomiste.com).Par ailleurs, les professionnels du secteur jugent handicapante la TVA de 20% apposée à l’importation de matériels et biens d’équipement. Franck FAGNON

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc