×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Voitures : L'occasion prend le relais du neuf

Par L'Economiste | Edition N°:98 Le 07/10/1993 | Partager

Le secteur automobile est en crise. Il a été largement affecté par l'importation des voitures d'occasion suite à la libéralisation intervenue en juin 1991. Les constructeurs ainsi que la société de montage résistent tant bien que mal Tous les intervenants tentent de nouvelles stratégies.

A fin août 1993, le marché automobile des véhicules de tourisme et des véhicules utilitaires légers a subi une perte de 30% par rapport à la même période de 1992 et de 57,5% comparativement à la période janvier-août 1991.

Les ventes des voitures de tourisme de marques Peugeot et Citroën ont dégringolé de 40% passant de 2.995 à fin août 1992 à 1.790 pour la même période de cette année. Les voitures utilitaires de ces marques ont connu le même sort. Les ventes à fin août se sont établies à I . 131, soit une chute de 42% en comparaison à fin août 1992.

Devant ces nouvelles données du marché, Sopriam, représentant des cartes Peugeot et Citroën est en restructuration. Il s'agit de réduire les charges de la société. "Une gestion plus rigoureuse des stocks est entamée afin de diminuer les frais financiers". De plus, le personnel administratif sera réduit. Le supplément devra être employé dans les autres filiales du groupe ONA.

Campagnes promotionnelles

Par ailleurs, Sopriam tente de promouvoir les ventes de la Citroën ZX. A l'encontre des anciennes campagnes qui visaient la promotion des modèles qui ne rencontrent pas de succès. celle-ci espère multiplier les ventes d'un modèle qui est Tien demandé, explique M. Abdellatif Agena, directeur de Sopriam. Près de 250 modèles de la ZX on été commercialisés depuis le début de l'année sur un total de 453 Citroën. L'entreprise réduit son prix de 6.000DH par le biais d'un "chèque-cadeau" et offre des facilités de payement en collaboration avec la société de crédits à la consommation Wafasalaf. Une campagne pour la marque Peugeot est prévue avant la fin 1993.

Les ventes des véhicules de tourisme Renault ont connu des baisses moins brutales, -23,2% à fin août par rapport à la même période de l'année écoulée. Les véhicules utilitaires légers ont enregistré un recul de 13,8% à 1.082 unités à fin août 1993.

Renault explique cette baisse relative par le lancement de nouveaux modèles. la Safrane et la Clio et les nouvelles versions de la Renault Express et de la R21.

Les ventes de véhicules Fiat ont chuté de 31,23% à 546 unités à fin août 1993. La carte est détenue actuellement par la Somaca et la distribution est effectuée par Auto-HalI et Afric-Auto. Cette dualité dans la distribution porte semble-t-il préjudice à la promotion de cette marque.

Outre la Somaca, qui montera difficilement cette année 10.000 unités contre 20.000 en 1991, soit une chute de 100%, les équipementiers sont également très affectés. La production de la pièce première-monte recule pour sa part de 30Nc en 1993 par rapport à 1992, selon les professionnels. Malgré l'importation massive des voitures d'occasion, les producteurs de la pièce de rechange n'ont pas suivi l'évolution du marché. Les professionnels concluent alors à l'existence d'un marché parallèle de la pièce de rechange.

Libéralisation limitée

Pour les voitures importées d'occasion. 80.000 unités ont pénétré le marché en 1999 et très probablement 100.000 cette année. soit une hausse de -5'7c. Selon les statistiques de la Douane, près de la Douane, près de 96 % de ces voitures ont plus de 5 ans et 50 % plus de 10 ans.

La libéralisation est actuellement limitée ou "plus réglementée". diront les professionnels. Les voitures de plus de dix ans sont interdites à l importation depuis le premier octobre. Aucun transit de ces voitures n'est permis même pour les touristes ou les riverains de Sebta et Mellia. Il s'agit d'éviter tout éventuel détournement de la nouvelle législation d'importation.

Selon les statistiques de la Douane, le nombre des voitures importées reculera de 40.000 unités à l'avenir. Suite à cette nouvelle disposition, la Douane estime une perte annuelle de recettes sur les voitures d'occasion de 100 millions de DH.

Autre nouvelle disposition: la réduction du taux d'abattement à 60% pour les voitures de plus de 5 ans. Ceci entraîne un renchérissement des droits de douane et taxes de 2.6 % pour les voitures de plus de 5 ans. En fait. cette nouvelle mesure. Dissuadera l'importation des voitures de cet âge, puisque les droits de douane et taxes à payer sont similaires aux voitures d'un âge inférieur.

La conséquence immédiate de cette réglementation est la dynamisation du marché local d'occasion. Celui-ci s ' est trouvé en difficulté, à tel point que les entreprises de location parviennent difficilement à renouveler leur parc, faute de pouvoir vendre leurs véhicules.

En deuxième lieu, ces réaménagements réglementaires devraient dynamiser le marché des voitures montées localement.

Politique volontariste

Toutes ces nouvelles dispositions confirment la détermination du gouvernement à maintenir l'industrie automobile et à renforcer son industrialisation. S'ajoutent aux nouvelles mesures le relèvement du taux d'intégration-compensation de 40 à 60% et l'exonération des droits de douane sur les CKD dont le taux était de 2.5% parues au Bulletin Officiel au mois d'août. Par ailleurs. durant la, réunion tenue le 4 octobre dernier, le Ministère du Commerce, de l'Industrie et de la Privatisation a expliqué aux professionnels sa politique de sauver le secteur de I'industrie automobile (C f L'Economiste du 30 septembre). La conception actuelle du montage en plusieurs modèles et versions serait maintenue en plus du lancement du montage d'une voiture en grandes séries ou en "séries économiquement viables".

A priori, les constructeurs européens déjà présents sur la chaîne de montage locale devront être intéressés. Les discussions ont été entamées cette semaine. Le cahier de charges serait en préparation avant le lancement de l'appel d'offres 

Laïla TR,IF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc