×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Visite du président de la Banque Mondiale : "Au travail maintenant!"

Par L'Economiste | Edition N°:222 Le 21/03/1996 | Partager

"Vous savez où vous voulez allez, alors tracez votre chemin et tenez-vous-y". Tel est le thème principal développé par le président de la Banque Mondiale avec ses différents interlocuteurs marocains.


M. Wolfensohn a effectué, du 18 au 21 mars 1996, sa première visite officielle depuis sa prise de fonction à la présidence de la Banque Mondiale. Au cours de cette visite, deux temps forts: l'audience de SM le Roi le mercredi 20 mars, et une réunion avec les hommes d'affaires, le même jour. C'est l'OCP qui a été l'hôte de cette rencontre. A l'origine, cette rencontre avait été prévue comme une prise de contact entre le président de la Banque Mondiale et le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM). Elle a donc été élargie à la communauté des affaires, avec son représentant principal, la CGEM. La rencontre a aussi fait coup double: en plus du privé, avec les principaux présidents des Fédérations de la CGEM, M. Wolfensohn s'est entretenu avec les patrons des grandes entreprises publiques: OCP, ONE et ONPT.

Comme lors de la conférence de presse, le message vis-à-vis de la communauté des affaires est qu'il faut se mettre au travail. "C'est comme si vous étiez devant un mur de verre, vous voyez très bien ce que vous voulez devenir, il vous reste à pousser le mur", explique M. Wolfensohn aux hommes d'affaires. "Vos diagnostics sont bons et en plus, ceux du privé concordent avec ceux de l'Etat, alors déterminez votre route et tenez-vous y", repète-t-il en conférence de presse.
"Le problème reste celui de fixer une stratégie, mais vous devez savoir que la concurrence internationale est rude, tant sur les marchés financiers que sur les marchés des biens et services". Or, l'économie marocaine continue d'avoir des difficultés de compétitivité, tandis que les investissements étrangers, qui ont baissé à 600 millions de Dollars en 1995, risquent de baisser encore en 1996. "Cela signifie que vos efforts pour les attirer sont insuffisants", analyse le président.

Justice en question

Il y a fort à parier que les oreilles du ministre de la Justice chargé des Droits de l'Homme, ont dû siffler durant les trois jours de visite du président de la Banque Mondiale: la prévisibilité de la Justice et la compétence des personnels des tribunaux comme du Ministère ont été systématiquement montrée du doigt. Reprenant les axes d'un rapport de la Banque vieux de maintenant trois ans, M. Wolfensohn a souligné que la Justice est l'un des deux éléments d'entrave à l'investissement et à la marche des affaires. Le deuxième est la réforme foncière agricole, qui traîne, elle, depuis une dizaine d'années.
Avec les hommes d'affaires, les moment forts ont été aussi la Justice et une pique de M. Benhima, directeur général de l'ONE: "La privatisation n'est pas une fin en soi, ce qui compte c'est la libéralisation". Cette remarque a attiré une réponse tout aussi forte de la part du président de la Banque Mondiale: "La privatisation a l'avantage de faire baisser la corruption et de faire monter le niveau d'efficacité de l'entreprise". Cet échange sera sans doute très commenté.

Kallid BENYAZID & Nadia SALAH


Social, social et encore social


Le président de la Banque Mondiale a annoncé la mise en place de plusieurs programmes d'aides pour le Maroc. Il s'agit:
- d'un fonds de 300 millions de Dollars sur deux ans qui devra servir de "garantie de risques partagés", pour des investisseurs privés, marocains ou étrangers;
- des programmes pour les 13 provinces les plus pauvres, pour un total de 150 millions de Dollars, à consacrer à la Santé publique, à la Promotion nationale et à l'éducation des fillettes (le Maroc a un taux de scolarisation des filles inférieur à celui de la Mauritanie!).
- des interventions de réhabilitation, non encore précisées, au niveau de la Médina de Fès et toujours en concertation avec l'UNESCO, en raison des enjeux "économiques et sociaux" de la réhabilitation.
Pour la Banque Mondiale, "il est important d'améliorer l'accès des communautés rurales à l'eau, l'électricité, la santé et aux routes".
Concernant ce qu'il est convenu d'appeler "l'assainissement", le Country Officer, M. René Vaurs "s'interroge en tant que banquier: Nous n'avons pas compris ce que vous vouliez faire, mais nous croyons savoir que l'opinion publique y était favorable".

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc