×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Violences sur fond de crise politique en Irak

Par L'Economiste | Edition N°:2180 Le 27/12/2005 | Partager

. 17 mors dans des attaques concentrées à Bagdad et baquba LES fêtes de fin d’année qui inspirent espoir et solidarité à des milliards de personnes à travers le monde n’ont pas dissuadé les terroristes de perpétrer leurs tueries en Irak. Dix-sept Irakiens ont péri dans des attaques lundi 26 décembre, qui viennent confirmer une reprise de la violence dans le pays à la recherche d’une sortie de la crise politique née de la contestation des résultats partiels des législatives du 15 décembre. Ces attaques, qui se sont concentrées à Bagdad et à Baaqouba, à 60 km au nord de la capitale, ont fait aussi des dizaines de blessés, selon la police. Elles portent à au moins 73 le nombre de victimes irakiennes de la violence en cinq jours marqués par des attaques continuelles, tranchant avec l’accalmie relative qui avait suivi les élections législatives. A Bagdad, quatre voitures piégées ont explosé dans un intervalle rapproché au passage de patrouilles de police, tuant quatre personnes, dont deux policiers et faisant 25 blessés, selon une source policière. Dans ce contexte de violence, les groupes politiques contestant les résultats des législatives ont appelé à une manifestation pacifique mardi à Bagdad, au moment où des tractations sont en cours pour un cabinet d’union. “Les partis et groupes politiques réunis au sein du mouvement Maram appellent à une grande manifestation pacifique de protestation mardi à Bagdad”, a déclaré le porte-parole du rassemblement, Ali Tamimi. Le Maram comprend notamment la liste d’Iyad Allaoui, l’ancien Premier ministre chiite laïc, et des groupes sunnites, dont le principal, le Front de la Concorde nationale, a organisé vendredi d’importantes manifestations pour demander de nouvelles élections. Pour trouver une sortie à la dispute postélectorale, le président Jalal Talabani, un Kurde, a engagé depuis mercredi des contacts en vue de favoriser la mise en place d’un gouvernement d’union nationale avec la participation de toutes les forces politiques du pays. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc