×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Villas ONE: On pirate l’eau et l’électricité!

Par L'Economiste | Edition N°:2005 Le 22/04/2005 | Partager

. 25 procès-verbaux dressés. Le piratage de l’eau, une pratique courante. Elle coûte à Lydec 10 millions DH environ par anA l’origine, un simple contrôle de routine. Au bout, la découverte d’un piratage d’envergure. Le 23 mars dernier, suite à une fuite d’eau au niveau du lot Mzouga IV, les agents de la délégation Casa-Anfa de Lydec, mandatés pour déterminer l’origine du problème, ont eu la surprise de relever des «interventions» suspectes sur les branchements. Dénonciation ou simple hasard, l’affaire met une fois de plus les villas ONE au devant de la scène. Des contrôles effectués à l’intérieur des propriétés ont permis de relever la présence de chlore au niveau du robinet du jardin alors que seule l’eau potable en contient. Ce qui veut dire que ledit «bazbouz», censé distribuer de l’eau provenant d’un puits pour l’arrosage des quelques mètres carrés de verdure, a subi une manipulation pour être raccordé au distributeur général de Lydec. Et au bout du compte, toute la maison profite d’une eau potable sans que le compteur ne comptabilise la consommation. Nombre de propriétaires, ayant racheté en seconde main les demeures, «pensaient» que c’était un «droit» ou un privilège offert avec l’achat du bien. Il y a de quoi prendre des vessies pour des lanternes!Ainsi, plusieurs villas du COS-ONE, consomment depuis nombre d’années de l’eau gratuitement. «Vingt-cinq procès-verbaux ont été dressés à l’encontre des contrevenants», déclare Jean-Christophe Didio, délégué préfectoral de Lydec Casa-Anfa. L’affaire n’en est qu’à son début. D’autant plus qu’une fraude sur l’électricité a été aussi relevée. Lydec attire d’ailleurs l’attention sur les dangers de cette pratique. . Amiable ou justiceDes dossiers seront traités à l’amiable, les propriétaires ayant reconnu la fraude. D’autres passeront en justice. Dans tous les cas, assurent les responsables de Lydec, il ne sera fait aucune concession aux contrevenants. «Voler l’eau est un acte immoral», souligne Guy Canavy, le directeur général. Un acte «vilain» que la compagnie de l’eau et de l’électricité traque avec acharnement et en y mettant de gros moyens. Une «brigade» composée d’une centaine de personnes ne fait que cela: détecter les fuites en général et la fraude en particulier. Au Maroc, où l’eau est une «denrée rare», il est important de ne pas la gaspiller. Dans les villes, une grande partie de l’eau est perdue à cause les fuites dans les canalisations. Lydec annonce l’acquisition, les prochains mois, d’un «radar» qui va permettre de détecter efficacement ces fuites. Le plus difficile à déceler est la fraude car les contrevenants font preuve de beaucoup d’ingéniosité. Parfois, l’intervention est tellement élaborée qu’on se demande s’ils n’ont pas eu recours aux services de spécialistes…Les fraudes relevées dans les villas ONE sont loin d’être des cas isolés, est-il indiqué auprès du gestionnaire délégué. Particuliers, entreprises et institutions piratent chaque année des milliers voire des millions de litres d’eau potable sans penser aux conséquences. «L’on estime le coût de cette pratique frauduleuse à environ 10 millions DH par an», explique Canavy. Selon une enquête publiée l’an dernier au Canada, un seul petit tuyau de 12 cm, raccordé frauduleusement, peut consommer 26 millions de litres d’eau ou l’équivalent de 370 piscines hors terre de huit mètres de diamètre. C’est pourquoi Lydec fait de l’utilisation illégale de l’eau potable une bataille permanente.Fatima EL OUAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc