×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Vieillissement de la population mondiale: Pic vers 2030

Par L'Economiste | Edition N°:2697 Le 22/01/2008 | Partager

. La proportion des plus de 60 ans va tripler durant ce siècleLe vieillissement de la population mondiale va s’accélérer rapidement durant les 20 prochaines années pour atteindre un pic en 2030, avant de connaître une accalmie en approchant la fin du siècle, selon une étude publiée dimanche dernier dans la revue scientifique Nature.Menée par des chercheurs de l’Institut démographique de Vienne et de l’Université d’Etat de New-York, l’étude montre l’importance de ces estimations pour les politiques publiques, notamment de santé, mais en tempère les conséquences.Les pays sont à des niveaux différents dans cette progression du vieillissement. Le Japon est déjà proche de la période où l’accélération du vieillissement est à son sommet, tandis que l’Amérique du Nord, l’Europe, la Chine et l’ancienne Union soviétique atteindront ce moment entre 2020 et 2030.Pour l’Asie du Sud, cette évolution commencera en 2030, pour le Moyen- Orient en 2040 et pour l’Afrique sub-saharienne au milieu du siècle.La proportion des personnes de plus de 60 ans dans le monde va tripler durant ce siècle, passant de 10% en 2000 à 32% en 2100.La Chine passera de 10% à 42%, tandis que près de la moitié de la population de l’Europe de l’Ouest (46%) aura plus de 60 ans à la fin du siècle, selon l’étude.«Il est très important pour les décideurs publics de prendre en compte ces statistiques», explique Warren Sanderson, co-auteur de l’étude, «en période d’accélération du vieillissement, il y a toujours le risque d’une plus grande instabilité».Cependant, les auteurs rappellent que les dépenses de santé sont les plus élevées dans les dernières années de la vie, or si l’on vit plus vieux, on vit aussi en meilleure santé plus longtemps. Si l’on prend en compte la proportion des personnes dont l’espérance de vie escomptée est de 15 ans ou moins, les courbes changent. Au niveau mondial, leur nombre augmente de 7 à 16%, et en Europe de l’Ouest par exemple, de 13 à 19%.Certes plus d’un tiers de la population mondiale aura au-dessus de 60 ans à la fin du siècle, mais au moins la moitié de cette cohorte, entre 60 et 75 ans, sera en bonne santé, conclut l’étude.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc