×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Entreprises

Vetma Lille: Les textiliens de la région troublés

Par L'Economiste | Edition N°:477 Le 05/04/1999 | Partager

· Le salon a eu lieu les 1er et 2 avril

· Les industriels lillois se plaignent d'un manque de commandes

· Turpitudes d'un secteur en perte de vitesse



Le Vetma France(1), le salon marocain du textile et de l'habillement dont la dernière édition s'est tenue les 1er et 2 avril à Lille, provoque des remous chez les industriels français du textile.
Cette ville du Nord de l'Hexagone est considérée par les industriels du secteur comme étant le berceau du textile parce qu'elle regroupe une grande partie des enseignes de la grande distribution et presque toute la VPC(2) y est installée.
La tenue de ce salon "étonne" l'Union Régionale des Industries de la Confection (URIC) qui regroupe une centaine de confectionneurs et façonniers de la région et réveille les craintes latentes.
Selon l'URIC, les façonniers ont depuis près de six mois du mal à obtenir la moindre commande de la part de leurs clients. "Ils ne comprennent donc pas comment on peut laisser 150 industriels marocains exposer pendant deux jours à leurs portes", indique un communiqué de l'Association. Dans la région, l'habillement a perdu plus de 1.300 emplois (soit 10% des effectifs) en 1998. De plus, les inquiétudes des industriels sont exacerbées par le déficit commercial record qu'accuse le secteur de l'habillement, qui a avoisiné 16,2 milliards de Francs en 1998. Et en se limitant à "la confection pure", le déficit de la balance commerciale française avec le Maroc s'est accru en 1998, de près de 5%, soit 4,2 milliards (1 FF=1,65 DH).

Inquiétudes


Mais les origines de cette colère remontent aux tensions inhérentes à une situation de plus en plus critique, au niveau national. L'Union Française des Industries de l'Habillement (UFIH) a lancé, le 29 mars dernier, une campagne pour réclamer au gouvernement des mesures de soutien "afin de ne pas disparaître". Le secteur qui se dit étranglé par des charges salariales élevées et des importations à bas prix, s'apprête à vivre une année 1999 difficile. Selon M. François-Marie Grau, directeur des Etudes Economiques de l'UFIH, 10.000 emplois au moins seraient menacés dans l'habillement avant la fin de l'année. "Et, il ne s'agit là que de la partie visible de l'iceberg", ajoute-t-il. L'industrie de l'habillement est l'une des principales industries de main-d'oeuvre en France. Ses effectifs ont été divisés par deux en passant de 260.000 à 120.000 personnes, en grande majorité salariées au SMIC (salaire minimum).
L'hémorragie est due notamment aux délocalisations vers les pays à bas salaires, d'où la riposte des façonniers lillois. Le coût du travail en France est 4 fois plus élevé qu'en Turquie, 9 fois plus qu'en Tunisie, 14 fois plus qu'au Maroc et 33 fois plus qu'en Pologne, souligne l'UFIH. Au niveau Ouest européen, il est 2,5 fois plus cher qu'en Grèce, 5 fois plus qu'au Portugal et 50% plus élevé qu'en Grande-Bretagne.
De surcroît, depuis le 1er janvier 1998, les entreprises françaises de l'habillement de plus de 50 salariés (idem dans le textile, le cuir et la chaussure) ne bénéficient plus du soutien gouvernemental. Elles risquent même de devoir rembourser les aides perçues, soit 199 millions Francs pour l'habillement, 259 millions pour le textile et 157 millions pour le cuir.

(1) Salon qui se tient en marge de Temps du Maroc en France.

(2) Vente par correspondance.


Tous nus, si on disparaît


Plusieurs entreprises de renom telles que Benetton, Cacharel et Levi-Strauss, ont fermé leurs portes ou ont été placées en redressement judiciaire depuis novembre 1998. Plus de 3.000 emplois sont en jeu dont près de 2.000 doivent être supprimés. En guise de protestation, l'UFIH a lancé une campagne de presse dont le visuel principal représente le buste d'une femme nue barré du slogan: "Voilà comment se retrouveront 120.000 salariés français si l'industrie de l'habillemnt disparaît". Trois titres de la presse professionnelle serviront de support à cette campagne dont le coût est estimé à 500.000 FF.

Radia LAHLOU


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc