×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Vers un accord israélo-palestinien

Par L'Economiste | Edition N°:587 Le 03/09/1999 | Partager

· Au centre des discussions Albright-Youssoufi, le processus de paix au Proche-Orient et la coopération économique
· Madeleine Albright espère présider à la cérémonie de signature d'un accord israélo-palestinien aujourd'hui


Le secrétaire d'Etat américain Madeleine Albright a démarré hier mercredi un voyage qui doit la mener au Proche-Orient. Elle a commencé sa tournée par une visite au Maroc. Elle se rendra ensuite en Egypte puis en Israël où elle est attendue aujourd'hui 2 septembre, avant de se rendre en Syrie et en Jordanie. L'un de ses principaux objectifs est de présider, en Egypte en présence du président Hosni Moubarak, la cérémonie de signature d'un accord israélo-palestinien sur un nouveau retrait en Cisjordanie. Le porte-parole du département d'Etat James Foley a pourtant indiqué que la tournée de Mme Albright porte surtout "sur la façon dont les Etats-Unis pourront apporter leur aide sur les 14 ou 15 prochains mois, avec le but de parvenir à un accord de paix global au Proche-Orient d'ici la fin de l'an 2000". L'un des autres objectifs de Mme Albright est de remettre sur les rails le processus de paix israélo-syrien et israélo-libanais, selon un responsable américain. Mme Albright doit d'ailleurs rencontrer samedi le président syrien Hafez al-Assad et, selon des sources diplomatiques, une brève visite au Liban n'est pas exclue.
Lors de sa visite d'hier au Maroc, le chef de la diplomatie américaine s'est entretenu avec le Premier ministre Abderrahman Youssoufi en début de soirée. A la fin de leurs discussions, les deux parties devaient signer une déclaration commune. Au menu de leur entretien figuraient notamment le processus de paix au Proche-Orient et la coopération économique. Rappelons que le gouvernement américain vient d'accorder un don au Maroc dans le cadre de l'initiative "Eizenstat". Ce don vise à encourager l'investissement privé américain au Maghreb (Maroc, Tunisie et Algérie).
Mme Albright est attendue aujourd'hui jeudi à Alexandrie, où aurait lieu la signature d'un accord. Israéliens et Palestiniens ont négocié au cours des deux semaines et demie écoulées les modalités d'application de l'accord de Wye Plantation. A l'heure où nous mettions sous presse, les deux parties étaient très proches d'un accord. Les négociateurs se sont entendus sur deux nouveaux retraits israéliens de Cisjordanie, l'ouverture d'un passage entre la Bande de Gaza et la Cisjordanie et la construction d'un port à Gaza.
A noter que M. Barak avait proposé mardi à M. Arafat la reconnaissance d'un Etat palestinien indépendant à compter de janvier prochain. En échange le président palestinien Yasser Arafat devait accepter de laisser en suspens deux des plus épineuses questions -Jérusalem et les réfugiés- jusqu'à la fin des négociations. Israël a lancé hier mercredi un ultimatum aux Palestiniens en annonçant que les négociations étaient terminées et que les propositions étaient à prendre ou à laisser.
Sa Majesté le Roi Mohammed VI prend le relais de Son défunt Père dans le problème israélo-arabe. A plusieurs reprises, il a montré son implication et son désir de jouer un rôle essentiel à l'avènement de la paix dans la région. Le premier signe a été l'accueil du Président palestinien Yasser Arafat en début de semaine. Le deuxième est celui du chef de la diplomatie américaine hier.


Les préparatifs du Caire


L'Egypte a entamé par précaution des préparatifs pour la signature d'un accord israélo-palestinien aujourd'hui à Alexandrie, en présence du secrétaire d'Etat américain Madeleine Albright. C'est ce qu'a affirmé hier le chef de la diplomatie égyptienne, M. Amr Moussa. "S'il reste deux points de divergence, il est possible de les régler dans les prochaines heures, si les deux parties le veulent. Si la situation demeure telle quelle, nous allons nous retrouver de nouveau dans un cercle vicieux". Il a affirmé par ailleurs que "le Président palestinien Yasser Arafat est attendu aujourd'hui en Egypte mais la venue du Premier ministre israélien Ehud Barak dépend de la conclusion d'un accord". M. Arafat a émis l'espoir à la Haye hier de voir les négociations israélo-palestiniennes sur l'application de l'accord de Wye Plantation aboutir "dans les prochaines heures".

Nadia BELKHAYAT (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc