×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Veolia Environnement veut doubler ses activités

    Par L'Economiste | Edition N°:2643 Le 01/11/2007 | Partager

    . Près de 7% de croissance et 300.000 personnes recrutées au mondeLe groupe français Veolia Environnement prévoit de doubler ses activités «dans les sept ou huit ans à venir», a affirmé hier à Pékin son PDG Henri Proglio. «Nous voulons construire une croissance de quelque 10% par an, un objectif que nous considérons comme minimal, ce qui nous amènera à doubler nos activités dans les sept-huit ans qui viennent», a dit Henri Proglio lors d’une conférence de presse.Principalement assise sur le développement organique, «pour 7% environ», cette croissance pourra aussi venir de «quelques acquisitions de confort», a ajouté le PDG du géant mondial.«Nous devrions passer de 330.000 personnes à 600.000» employés dans le monde entre 2007 et 2015.Veolia Environnement, qui a déclaré 28,62 milliards d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier, prévoit d’engranger en dollars quelque 45 milliards cette année.Le groupe ne réalise qu’une fraction de son chiffre d’affaires en Chine, où il s’est installé en 1992: environ 1 milliard de dollars, «en tenant compte des projets en cours», a précisé Proglio.Mais ce pays, situé dans la région où le groupe connaît sa plus forte croissance depuis quelques années, reste un de ses principaux axes de développement.Ses activités progressent d’environ 30% en Asie-Pacifique, contre 25% au Proche-Orient, quelque 15% en Europe (hors France) et 10% en Amérique du Nord.En Chine, Veolia Environnement est présent dans trois de ses quatre secteurs d’activités: la gestion de l’eau, celle des déchets et les services énergétiques. Mais la société espère y lancer prochainement la quatrième division du groupe, le transport.Selon son PDG, l’entreprise est «en négociations avancées» pour la reprise d’un grand réseau urbain de 1.500 employés et un millier de bus, existant à Chongqing, une métropole du sud-ouest.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc