×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Ventes de ciment: Une légère reprise

Par L'Economiste | Edition N°:612 Le 08/10/1999 | Partager

·+2,38% à fin septembre
· Les cimentiers placent leurs espoirs dans l'argent du GSM
· Les chantiers de la Coupe du Monde renforcent l'optimisme des professionnels


Une bouffée d'oxygène pour les cimenteries cet été.
A fin septembre 1999, les ventes de ciment ont confirmé leur redressement après la stagnation de juin. Elles ont progressé de 2,38% par rapport à la même période de l'année dernière, atteignant un peu plus de 5,3 millions de tonnes contre près de 5,2 millions pour la même période de l'année dernière.

Redémarrage d'anciens chantiers


Cette "performance" est réalisée par les consommations de septembre qui ont augumenté de 4,89%. Mais les déficits enregistrés les mois précédents continuent de peser sur le résultat cumulé.
A l'origine de cette légère reprise, le redémarrage d'anciens chantiers et le lancement de nouveaux comme celui du Barrage de Béni-Mellal.
C'est Asment de Témara qui a réalisé le plus grand résultat cumulé avec +3,15% par rapport à la même période de l'année dernière.
Depuis le début de l'année, cette cimenterie a vendu 469.033 tonnes contre 454.729 pendant la même période de 1998. Asment occupe également la première place au niveau des ventes réalisées au cours de septembre. La cimenterie de Cimpor a écoulé 62.091 tonnes contre 55.134 en septembre 1998, soit plus de 12,62%.
Le résultat cumulé à septembre ne témoigne pas d'un progrès significatif par rapport à celui réalisé à fin août dernier où la consommation du ciment a progressé de 2%.

Croissance contenue


La croissance du secteur cimentier pour 1999 reste donc contenue. Les ventes ont évolué en dents de scie depuis le début de cette année.
Comme la plupart des activités économiques, les cimentiers misent leurs espoirs sur l'enveloppe additionnelle de la concession de la deuxième licence GSM. Pour eux, les projets financés par cette manne favoriseront le décollage du secteur.
Les préparatifs pour accueillir la Coupe du Monde et les chantiers à lancer mettent du baume au coeur dans ce secteur.
Plusieurs départements ministériels se bousculent au portillon pour décrocher une partie du jack-pot. Le Ministère du Tourisme et celui de l'Equipement sont les plus concernés.

L'effet logement social


Autre lueur, l'utilisation du ciment dans les routes. L'Association Professionnelle des Cimentiers (APC) a signé un accord dans ce sens avec la Direction des Routes. Cependant, la convention est "au stade de l'expérimentation".
Les professionnels tablent aussi sur la reprise du logement social qui s'enlise ces derniers temps à cause des difficultés financières.
Les besoins des Organismes Sous Tutelle (OST) en matériaux de construction ont favorisé l'essor du ciment lors du lancement du programme des 200.000 logements en 1995. Le ralentissement dans la réalisation de ce programme explique en partie la stagnation des ventes de ciment..


Les cimentiers se modernisent


Au terme du premier semestre de cette année, les importations de ciment ont réalisé une valeur de près de 32,5 millions de DH. C'est le ciment blanc qui arrive en tête des produits importés avec une part de près de 29,1 millions de DH.
Quant aux exportations, elles restent minimes. Au terme du premier trimestre, elles ont réalisé une valeur de 36,6 millions de DH. C'est le clinker qui occupe le premier rang avec 32 millions de DH.
1999 est aussi caractérisée par des mouvements d'extension de cimenteries. Quatre mois après avoir mis en service son unité de broyage et de distribution dans la zone industrielle de Nador, la CIOR s'est attaquée en août dernier à la consolidation de sa production dans la région du Centre. La filiale de Holderbank envisage de créer une nouvelle unité dans la région de Settat.
Un vent de modernisation a aussi soufflé sur d'autres cimenteries. Ainsi, Lafarge s'est lancée dans le renforcement de ses capacités de production dans ses usines de Meknès, Tétouan et Bouskoura. o

Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc