×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Société

    Veillées religieuses à guichets fermés!

    Par L'Economiste | Edition N°:2865 Le 22/09/2008 | Partager

    . Al Kzabri, El lraoui, El Garaâni… des imams qui cartonnent. Les mosquées pleines à craquerLes veillées religieuses (Tarawihs) se suivent, mais ne se ressemblent pas, à Casablanca. D’année en année, l’engouement des fidèles est sans précédent. À peine quelques minutes après la prière d’Al Ichaa, difficile de trouver place sur l’esplanade d’une mosquée quelle qu’elle soit. À l’origine de cette «fièvre religieuse», la «touche» de quelques imams vedettes qui ont des parcours assez atypiques. Ils s’appellent Omar Al Kzabri, Mohammed El Iraoui, Abdelaziz El Garaâni... Ils sont tous jeunes et incarnent chacun à sa façon une nouvelle école de la pratique religieuse. Mais pas seulement, Ramadan oblige, leur «fan club» s’étoffe. Jeunes, femmes, vieux, enfants en bas âge... se bousculent pour les saluer, leur parler, demander un avis ou… les contempler de près. Faute de quoi, c’est le GSM, les SMS et le Net qui sont investis.Ces imams des temps modernes sont sollicités à telle enseigne que certains d’entre eux sortent désormais accompagnés de gardes du corps. C’est le cas notamment d’Omar Al Kzabri.Le mystère de ce qu’on appelle communément «le Rossignol du Minbar» réside justement dans sa voix envoûtante qui prête à l’humilité.Depuis qu’il dirige la prière, le jeune imam enregistre les plus forts scores d’audience. Pas moins de 40.000 fidèles assistent chaque soir aux Tarawihs de l’imam. Autre mosquée, autre jeune imam très sollicité. A la mosquée de Sidi Maârouf, El Garaâni fait à son tour des émules. C’est, raconte-t-on, le plus instruit des imams. Après des études en littérature espagnole dans les amphis de Casablanca, il fait un virage à 360° et opte pour la théologie. L’imam El Garaâni est surtout réputé pour le timbre de sa voix et sa modestie poussée à l’extrême. Son parcours dans l’imamat commence d’abord dans le quartier Derb El Fokara (Derb Soltane), ensuite à Polo, avant de s’achever sur le minbar de Sidi Maârouf. Ailleurs à Casablanca, la mosquée de Ryad El Oulfa dans le quartier éponyme. La trentaine à peine, l’imam Mohamed El Iraoui, y jouit également d’une forte popularité. «On ne s’ennuie jamais avec lui», souligne un jeune. Lors des Tarawih de samedi dernier, El Iraoui s’est mis à pleurer. C’est surtout le passage des rapports des enfants avec les parents, «sourate Al Issraâ», qui a provoqué des larmes parmi les prieurs. Originaire des environs d’El Jadida, El Iraoui s’est consacré depuis son enfance à l’apprentissage des sciences coraniques, d’abord à El Jadida, puis à Rabat. C’est justement dans la capitale qu’il s’est fait un nom, avant d’arriver à Riad El Oulfa.Jihad RIZK

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc