×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie Internationale

    Vaccin antigrippal: Développement du marché français

    Par L'Economiste | Edition N°:49 Le 15/10/1992 | Partager

    LA croissance de la vaccination antigrippale n'est plus à démontrer en France. En 1991, 18% de la population étaient vaccinés, alors qu'en 1986 seuls 10% l'étaient. Sur la même période, le nombre de doses vendues est passé à 8 millions contre 5,4 millions. Pour un marché qui croît annuellement de 10%, les convoitises se multiplient. Les laboratoires Sterling Midi (Sanofi), Inava (Pierre Fabre) et les laboratoires Cassène (Roussel Uclaf) tentent, en effet, de se positionner sur ce marché, fortement dominé pour l'instant par le groupe Mérieux, filiale de Rhône-Poulenc. A travers sa filiale Pasteur Vaccins, Mérieux réalise en effet 85% de ses ventes en France. La production du vaccin antigrippal ayant un caractère saisonnier, les laboratoires sont soumis à un calendrier très strict. Le processus se déclenche en Février lorsque l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) "recommande aux fabricants les souches à inclure dans le nouveau vaccin puisque le virus peut se modifier chaque année". La Direction Générale française de la Santé définit ensuite la composition du vaccin. La production s'achève en principe en Juillet et le vaccin arrive en officines en automne. Le nombre de doses à produire est fonction des commandes faites directement aux labora-toires par les pharmaciens eux-mêmes et les collectivités. Une épidémie grippale coûterait 8 à 15 milliards de Francs à la société et 500 millions à 1 milliard à l'Assurance Maladie, si l'on tient uniquement compte des honoraires médicaux, des prescriptions pharmaceutiques et des remboursements d'arrêt de travail. Vu l'importance de ce budget, une campagne d'inci-tation à la vaccination est menée chaque année. Les stocks s'épuisent souvent en cours de saison. La grippe n'est-elle pas, en France, la deuxième cause de mortalité par maladie infectieuse après la tuber-culose?

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc