×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    USFP: Les femmes en force au Conseil national

    Par L'Economiste | Edition N°:2430 Le 26/12/2006 | Partager

    . Une représentativité plus importante. 141 femmes au Conseil Le mouvement de rajeunissement des militants et cadres de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) s’étend aux femmes. En témoigne la présence remarquée des jeunes militantes venues en grand nombre assister au 5e Congrès des femmes ittihadies du parti, entamé vendredi soir à Rabat, sous le thème «pour une citoyenneté pleine et entière». En témoigne aussi et surtout le quota de 10% adopté par les congressistes en faveur des femmes de moins de 30 ans, devant désormais siéger au Conseil national, dont l’élection a eu lieu le week-end dernier à Skhirate. Ce quota, décidé auparavant au niveau des instances représentatives de tout le parti, a également été de mise pour les femmes. Au total, 80 membres ont été élues. S’y sont ajoutées 61 autres, désignées par leur qualité. Le Conseil national devra se réunir dans les semaines à venir pour élire le secrétariat national. Les membres de celui-ci devraient être au nombre de 15 au minimum. Ainsi en a décidé la plate-forme organisationnelle des femmes ittihadies. Ce congrès s’est également voulu l’occasion d’intégrer des femmes ayant appartenu au PSD (Parti socialiste démocrate) aux structures de l’USFP. Un autre quota, de 20%, a été accordé aux militantes de la formation qui s’était ingéré à l’USFP. «Le Congrès a également été l’occasion de réfléchir à une plus grande ouverture des femmes ittihadies, tant sur les aspirations de ses militantes que sur la société», déclare Amina Ouchelh, secrétaire nationale sortante des femmes de l’USFP et membre du bureau politique du parti. Une modernisation des structures organisationnelles de la formation est en vue dans cette perspective. . Sauvegarde des acquisLa constitution des femmes en tant que bloc à part sera limitée aux seuls Conseil national et secrétariat national. Les secrétariats régionaux et provinciaux des femmes ittihadies sont amenés à disparaître pour donner place à une représentativité directe (20%) des femmes au sein des instances régionales et locales du parti dans leur ensemble. Le débat s’est dans cette même perspective ouvert sur les questions du moment. En tête de celles-ci, la sauvegarde des acquis réalisés par la femme marocaine et la prospection des moyens à même de rendre irréversible le processus d’égalité hommes-femmes. S’exprimant lors de la soirée inaugurale, Mohamed El Yazghi, premier secrétaire de l’USFP, a dans ce sens énuméré les droits acquis par la femme marocaine et dont l’essentiel est contenu dans la Moudawana. «Loin de toute approche dogmatique de gauche voulant que l’égalité des sexes soit une conséquence, l’USFP a considéré depuis toujours que la femme se doit d’être un acteur du changement et de la lutte pour l’égalité des droits et obligations dans la société», a dit en substance le Premier secrétaire. T. Q.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc