×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

USA/Russie: Progrès sur le bouclier antimissile

Par L'Economiste | Edition N°:2750 Le 07/04/2008 | Partager

. Création avec l’Europe d’un système commun de défense . Poutine, défavorable à l’entrée de la Géorgie et l’Ukraine à l’Otan VLADIMIR Poutine et George W. Bush ont fait état, le 6 avril, de progrès sur le bouclier antimissile en Europe sans toutefois régler le problème. Ils ont évoqué la création à part égale avec les Européens d’un système commun de défense. Les 2 présidents, qui ont participé à leur dernier sommet à Sotchi, en Russie, ont adopté un texte qui prend acte de l’opposition du Kremlin au bouclier antimissile tout en assurant que la mise en oeuvre des mesures proposées par Washington pour rassurer Moscou « sont importantes et utiles». Vladimir Poutine, qui doit quitter le Kremlin le 7 mai, s’est dit «optimiste» sur les chances de conclure un accord avec les Etats-Unis. «Je pense que le plus important, c’est de travailler ensemble sur ce projet», a-t-il ajouté. De son côté, le président américain s’est félicité d’une «percée significative» sur la question du bouclier. Il admet toutefois que les USA «ont beaucoup de choses à faire pour convaincre les experts que le système n’est pas dirigé contre la Russie». La Russie et les USA s’opposent sur le projet de Washington de déploiement en Pologne et en République tchèque d’éléments d’un bouclier antimissile. Washington assure que ce dispositif vise à répondre aux éventuelles menaces d’Etats parias comme l’Iran. De son côté, Moscou affirme qu’il s’agit d’une menace directe sur ses frontières. Evoquant une 3e voie, les 2 présidents «ont exprimé leur intérêt pour la création d’un système de défense antimissile commun dans lequel la Russie, les Etats-Unis et l’Europe participeront à part égale». La rencontre de Sotchi a été également l’occasion de fixer un nouveau cadre aux relations russo-américaines avant que le président élu Dmitri Medvedev ne prenne ses fonctions. Parallèlement, Bush et Medvedev se sont engagés à travailler ensemble pour résoudre les problèmes bilatéraux. Bush a dit se réjouir à l’idée d’établir avec le successeur de Vladimir Poutine une relation «qui permette de résoudre les problèmes communs». Et Medvedev a pour sa part déclaré que les relations russo-américaines ne souffriraient pas d’«interruption».Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc