×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

USA: Les entreprises sabrent les emplois

Par L'Economiste | Edition N°:2917 Le 08/12/2008 | Partager

. Près de 22.000 personnes seront licenciées. Finance, chimie, informatique, téléphonie, médias… les plus touchésCONVAINCUES que la crise économique sera longue et profonde, les entreprises américaines multiplient les plans de restructurations et les annonces de milliers de suppressions d’emplois. En moins de 24 heures, de grandes entreprises ont annoncé des licenciements qui, cumulés, vont toucher près de 22.000 personnes. La finance, la chimie, l’informatique, la téléphonie, les médias: aucun secteur ne semble épargné. En chiffres bruts, l’opérateur téléphonique AT&T a lâché une bombe: 12.000 emplois vont disparaître d’ici un an. Ce chiffre ne représente toutefois «que» 4% de ses salariés, alors que chez Viacom (TV et cinéma), le départ attendu de 850 personnes représente près de 8% des effectifs. Le grand chimiste DuPont a de son côté annoncé la suppression de 2.500 emplois en Amérique du Nord et en Europe (plus de 4% de ses effectifs totaux), sans compter l’interruption du contrat de 4.000 intérimaires. Mercredi dernier, c’est le fabricant de logiciels Adobe qui avait annoncé le départ de 600 personnes, soit près de 9% de ses effectifs. A la banque bostonienne State Street, pourtant tout juste recapitalisée par l’Etat fédéral à hauteur de 2 milliards de dollars, entre 1.600 à 1.800 personnes ne s’approcheront plus des guichets. Tandis que les gros groupes médiatisent leurs restructurations, des PME se mettent aussi à sabrer dans les emplois, notamment dans les services, dont l’activité est au plus bas depuis onze ans. Le tout, au moment où le pays retient son souffle en attendant de voir si les trois grands constructeurs automobiles (GM, Chrysler et Ford) échapperont à la faillite, alors que le secteur représenterait jusqu’à trois millions d’emplois directs et indirects.F. Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc