×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

USA: Le nouveau président héritera d'un pays à l'insolente santé économique

Par L'Economiste | Edition N°:889 Le 07/11/2000 | Partager

. Les Etats-Unis sont à leur 9ème année de croissance . Avec un chômage à 3,9%, le pays est en situation de plein emploi. Seule ombre au tableau: Des millions de personnes exclues de la couverture socialeC'est dans la nuit de ce mardi 7 à mercredi 8 novembre que les Américains connaîtront leur 43ème président et renouvelleront une partie du Congrès. Aux dires des spécialistes, jamais scrutin présidentiel n'avait été aussi indécis depuis l'élection de John F. Kennedy en 1960. A quelques heures de l'ouverture des bureaux de vote, les sondages donnaient toujours le républicain George W. Bush, 54 ans (fils de l'ancien président), et le démocrate Albert Arnold Gore, 52 ans, au coude à coude. De la capacité, de la mobilisation de chaque camp dépendra en partie l'issue de cette élection. Les Américains sont traditionnellement des abstentionnistes, et la participation ne dépasse guère 50%. Le Président Clinton avait été réélu avec 49% des inscrits, et aux législatives de 1998, seuls 36,4% de la population en âge de voter s'étaient déplacés aux urnes. Le président de la première puissance mondiale peut donc tirer sa légitimité de moins de la moitié du corps électoral de son pays. L'élection présidentielle se déroule dans un contexte de prospérité économique sans précédent. L'Amérique est à sa 9ème année de croissance économique ininterrompue, tirée par la dynamique de son industrie dans les nouvelles technologies. Avec un chômage de 3,9% et une inflation maîtrisée grâce à une productivité toujours en hausse, le pays de l'oncle Sam est en situation de plein emploi. Curieusement, l'excellent bulletin de santé économique du pays ne joue pas forcément pour le candidat démocrate, les Américains considèrent la situation actuelle comme un acquis, analyse un politologue. Les électeurs sont donc tentés à se prononcer non pas en faveur d'un bilan, mais plus sur la personnalité des candidats. Leur prospérité, les Américains ne l'ont pas volée: si elle est aussi riche (le revenu moyen d'un ménage moyen a progressé de 9% au cours de la présidence de Clinton), c'est aussi parce que l'Amérique travaille dur. Un Américain moyen travaille 350 heures de plus par an qu'un Européen. Les vacances à trois semaines dans ce pays sont un phénomène rare. La durée hebdomadaire moyenne de travail aux Etats-Unis est de 43 heures. C'est un ingrédient de puissances économique, technologique et militaire qui fait aujourd'hui des Etats-Unis, l'incontestable numéro un dans le monde et sans doute pour bien longtemps. Le PNB américain est estimé à 8.178 milliards de Dollars (par comparaison, celui des pays de l'UE est de 7.986 milliards et 35,6 milliards de Dollars pour le Maroc). Les Etats-Unis comptent 275 millions d'habitants, représentent 15% du commerce mondial et possèdent plus du 1/3 des 500 premières entreprises dans le monde. On l'oublie souvent, l'industrie culturelle emmenée par Hollywood est le deuxième poste d'exportation de ce pays avec 18 milliards de Dollars.Mais la domination américaine tire aussi son explication dans d'autres facteurs: les Etats-Unis ont réussi comme nul autre pays à créer un paysage industriel où l'ordinateur, le téléphone et la télévision ont donné naissance à ce qu'on appelle la nouvelle économie. Le rapprochement entre l'université, l'entreprise et le marché boursier, attire les meilleurs étudiants du monde. Ce n'est pas par hasard que l'Amérique est également le plus gros producteur de prix Nobel.La force diplomatique et politique ne peut se concevoir sans la puissance militaire. L'armée américaine, la plus moderne du monde emploie 1,4 million d'hom-mes et de femmes. Son budget annuel est de 270 milliards de Dollars, soit près de 8 fois le Produit Intérieur Brut du Maroc.


Les promesses des deux candidats

Les deux principaux prétendants à la Maison Blanche ont promis à leurs concitoyens de s'attaquer à plusieurs dossiers et réformes qui touchent à leur vie quotidienne. Education: Bush promet d'accorder plus d'autonomie aux écoles dans leur gestion, instaurer un système de bons scolaires pour aider les ménages en difficulté et procéder à des évaluations régulières des performances des écoles et enseignants. Pour sa part, Al Gore, le candidat démocrate, s'est engagé à renforcer les effectifs des enseignants et rendre l'école maternelle accessible à tous.Impôts: Le candidat républicain a promis de réduire massivement les impôts à hauteur de 1,3 milliard de Dollars sur dix ans. Al Gore qui a accusé son concurrent d'être un candidat des riches, promet de les alléger d'environ 480 milliards échelonnés sur dix ans.Santé: Al Gore prévoit un plan décennal de financement de 253 milliards de Dollars afin d'élargir la couverture médicale à toutes les personnes âgées. Son concurrent lui, compte s'attaquer à la réforme du programme Medicare en lui consacrant 110 milliards de Dollars.Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc